Actualités Région 

3 avril 2015 à 0h00 par La rédaction

Nantes : quatre mois de prison avec sursis pour le piratage d'un compte Facebook !

<p>Un ancien employé d'unesociété de téléphonie avait posté des vidéos pédopornographiques sur le compteFacebook de son supérieur.</p>

RCA
Crédit: -

NANTES, 2avril 2015 (PressPepper) - Un ancien employé d'une société de téléphonie a étécondamné jeudi après-midi en son absence à quatre mois de prison avec sursispar le tribunal correctionnel de Nantes, pour avoir piraté en 2009 le compteFacebook de son ancien responsable régional, qui l'avait licencié pour"faute grave".

P.H.L, unVietnamien de 42 ans, devra également verser 1.500 �?� de dommages et intérêts à Eric*.Après que ce dernier ait surfé sur le réseau social depuis son magasin sanss'en déconnecter, il avait modifié son identifiant et son mot de passe, puisposté des messages antisémites ou pédo-pornographiques.

Jamais Eric n'aurait imaginé qu'un collègue puisse agir de lasorte.


Ce cadrecommercial de Saint-Herblain ne parvient pas, depuis six ans, à reprendre lamain sur son compte. "Actuellement, je suis au chômage depuis plusieursmois, et je me demande si cela ne dissuade pas des employeurs potentiels."

Le jeunehomme, âgé de 35 ans, a aussi expliqué que les policiers avaient longtempsrechigné à enregistrer ses plaintes, avant qu'il ne les menace de saisirlui-même directement le procureur de la République.

"Ilfaudrait qu'on soit meilleurs que l'on ne l'a été sur ce dossier : en 2009, lesenquêteurs n'étaient pas encore trop sensibilisés à ces problèmes-là", aconfessé, à l'audience, le substitut du procureur. "C'est quelque chosequi devenu assez courant : à Paris, des avocats se sont spécialisés dans cesquestions d'e-réputation."

Le prévenu -qui ne s'était pas déplacé au procès - avait affirmé lors de l'enquête êtretotalement étranger à l'affaire, se disant lui-même victime d'un piratage deson accès wi-fi. Quelque 142 connexions au compte Facebook de son ancien chefavaient néanmoins été enregistrées depuis l'adresse IP de sa box...

Lequadragénaire, qui avait déjà été condamné en 2002 à deux ans de prison avecsursis pour trafic de stupéfiants, encourait théoriquement jusqu'à trois ans deprison pour ce piratage de compte Facebook. Sa peine s'avère au final conformeaux réquisitions du parquet./GF (PressPepper)

*prénom d'emprunt

© 2014PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dansce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalablede la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues parles articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle :jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA