Actualités Pays-de-la-Loire 

4 novembre 2015 à 8h11 par Anthony MARSAIS

Massérac : la voisine du transformateur électrique s'inquiète de ses "dangers"

Le juge rendra sa décision d'ici un mois.

RCA
Crédit: -

Une habitante de Massérac a assigné mardi l'Etat et le Syndicat départemental de l'énergie de la Loire-Atlantique (Sydela) devant la cour administrative d'appel de Nantes, en raison des "dangers" que ferait peser l'installation d'un transformateur électrique à un mètre de sa maison.

 

Cette femme avait déjà déboutée une première fois par le tribunal administratif de Nantes en mars 2014. Elle reproche plus précisément à la commune de ne pas s'être opposée en novembre 2010, alors qu'elle agissait pour le compte de l'Etat, à la déclaration préalable de travaux du Sydela au lieu-dit "La Carrée".

 

Mais le rapporteur public, dont les avis sont la plupart du temps suivis par les juges, a préconisé à la cour administrative d'appel de Nantes de rejeter son recours.

 

Dans ses conclusions publiques, le magistrat a en effet souligné les "dimensions modestes" du transformateur (2,20 m2 au sol, et 1,50 m de haut). Il a aussi écarté tout "risque de départ de feu" ou "d'explosion", comme le soutenait la requérante, en rappelant que l'installation était entourée d'une "enveloppe en béton armé".

 

Le rapporteur public a également écarté tout risque de dommages pour la chapelle Saint-Benoît ou pour les maisons en schiste ardoisier du village de Paimbu, situées respectivement à 160 et 900 mètres du transformateur électrique. Il a fait remarquer, à cet égard, que ERDF avait donné son feu vert à l'installation de l'équipement.

 

La cour administrative d'appel de Nantes, qui a mis son jugement en délibéré, rendra son arrêt dans un mois environ./GF (PressPepper)

 

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA