Actualités Région 

18 septembre 2014 à 0h00 par La rédaction

L'habitant du Cellier prenait ses ex-compagnes en photo quand elles étaient ivres et nues

L'homme a été condamné à un an de prison ferme.

RCA
Crédit: -

NANTES, 17 septembre 2014 (PressPepper) - Un habitant du Cellier (Loire-Atlantique)a écopé mercredi de trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour des"agressions sexuelles" commises sur l'une de ses anciennes compagnes,qu'il prenait en photo nue quand elle se trouvait en état d'ivresse.

Lors des fêtes de fin d'année en 2008, celle-ci avait toutefois étéréveillée par une "forte douleur", alors qu'elle se reposait dans unechambre d'amis du prévenu : il venait de lui introduire son poing dans l'anus."J'ai eu mal au derrière pendant plus de deux mois", se souvient-elleencore aujourd'hui.

"Un poing c'est pratiquement impossible... Je suis capable de beaucoupde choses, mais certainement pas de cela", se défend cet ancien employéd'une société d'ascenseurs - qui a aussi travaillé à la mairie deSaint-Mars-du-Désert - en invalidité depuis un accident de la route en 1998.

Les perquisitions menées chez A. D. 57 ans, avaient toutefois permis deretrouver des DVD gravés, sur lesquelles on pouvait notamment voir huit photosde son ex-compagne avec des godemichés dans le sexe.

"OBJET SEXUEL"

"Elle était soit endormie, soit inconsciente, en tous cas hors d'étatd'avoir pu donner son accord", constate la présidente du tribunalcorrectionnel de Nantes. "C'était pour lui montrer dans quel état elle semettait après avoir bu... Elle avait de gros oublis", tente d'abordd'expliquer le prévenu, jamais condamné par le passé.

"Les photos, il ne me les a jamais montrées", rétorque lavictime. "Quand je les ai découvertes chez les gendarmes, j'ai faillitomber dans les pommes... J'étais très choquée."

Finalement, l'homme admet avoir pris son ex-compagne "pour un objetsexuel dont on pouvait faire tout et n'importe quoi", comme lui suggère laprésidente du tribunal. "Je me faisais plaisir à regarder ces photos...C'était une sorte de collection, même si c'est totalement inadmissible",reconnaît-il à la barre.

La substitut du procureur avait requis quatre ans de prison, dont deux avecsursis et mise à l'épreuve, à son encontre. Le tribunal, qui a finalementassorti sa condamnation d'une inscription au fichier des délinquants sexuels,l'a aussi obligé à payer 8.000 �?� de dommages et intérêts à sa victime.

L'homme sera jugé ultérieurement aux assises pour "viols" sur unedeuxième ex-concubine, qui a refusé mercredi la "correctionnalisation"de pratiques similaires. Une troisième ex-compagne avait également portéplainte pour le même motif, mais les faits étaient trop anciens pour êtrejugés./GF (PressPepper)


© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'exposeaux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de laPropriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 eurosd'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA