Actualités Région 

26 novembre 2014 à 0h00 par La rédaction

Vritz : les deux éleveurs condamnés pour braconnage de sangliers

Ils écopent d'une amende de 150 euros.

RCA
Crédit: -

NANTES, 25 novembre 2014 (PressPepper) - Une amende de 150 �?� a étéprononcée mardi à l'encontre de deux éleveurs de Vritz (Loire-Atlantique) parle tribunal correctionnel de Nantes, pour le "braconnage" de deuxsangliers tués le 15 avril 2013 sur leur exploitation en-dehors des périodes dechasse.

D. M. a également été privé de son permis de chasse, tandis que son frère E.aura interdiction de le passer pendant un an. Ils devront également verser2.800 �?� de dommages et intérêts et de frais de justice aux deux fédérationsdépartementales de chasseurs de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire, àl'Association départementale des chasseurs de grand gibier et à l'Amicale deschasseurs d'Angrie, qui étaient parties civiles.

Les deux frères de 28 et 30 ans avaient été dénoncés le jour des faits parun appel téléphonique aux agents de l'Office national de la chasse et de lafaune sauvage (ONFCS). Les deux autres personnes interpellées avec eux avaientreconnu leur culpabilité en acceptant la mesure de composition pénale proposéepar le parquet, mais les deux prévenus trouvaient pour leur part "injusted'être punis parce qu'on défend notre cheptel".

A l'audience du 14 octobre, ils avaient ainsi plaidé la simple"destruction d'espèce nuisible", alors que leur GAEC élève quelque800 vaches sur une exploitation de près de 300 hectares. "Nous, on n'estpas indemnisés quand nos bêtes prennent peur et se jettent dans lesclôtures", a fait valoir E. M., l'aîné des deux.

LES CHASSEURS "TRES REMONTES"

D. M., qui habite la commune voisine d'Angrie (Maine-et-Loire), avait luiaffirmé avoir fait plusieurs vaines demandes de battues administratives etd'indemnisation, mais sans produire de justificatifs.

"Une affaire de braconnage aussi évidente, ça n'arrive presque jamais...Tous les chasseurs parlent de cette affaire, aussi bien en Maine-et-Loire qu'enLoire-Atlantique", avait ainsi souligné l'avocat de la fédération deschasseurs de Loire-Atlantique et de l'association locale des chasseurs de grandgibier.

"L'impact est très négatif dans le monde de la chasse : personne necomprend pourquoi ces deux agriculteurs pourraient être exonérés de leursresponsabilités, alors qu'un chasseur qui ne remplit pas correctement soncarnet de chasse, il doit payer directement 135 �?�, et sans contestationpossible", avait-il ajouté.

"Si vous vouliez faire une bonne action, pourquoi n'avez-vous pasremis les sangliers directement à la maison de retraite, comme c'est d'usagequand on tue un animal par accident ?", avait d'ailleurs demandé auxprévenus Me Patrick Descamps, avocat de la fédération des chasseurs duMaine-et-Loire et de l'amicale des chasseurs d'Angrie. "Or, ces animaux,on les a retrouvés dans vos frigos ! Il ne faut pas se moquer de la communautédes chasseurs, qui est très remontée.".

Si les deux frères étaient jusqu'alors inconnus de la justice, leur père G.figure "parmi les gens surveillés" par l'Office national de la chasseet de la faune sauvage (ONCFS), avait précisé à l'audience l'un de sesagents./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune desinformations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffuséesans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Toutcontrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA