Actualités Région 

16 avril 2015 à 22h00 par La rédaction

Tournoi de tarot

Nous organisons ce soir, vendredi 17 avril, à 18h3O un tournoi de tarot amical au profit de l'association TyphAS (typha Herbignac Action Sénégal), pour le financement d'une Ecole des Métiers dans la région de Saint-Louis au Sénégal.

RCA
Crédit: -

NANTES, 17 avril 2015 (PressPepper) - Un retraité a été condamné vendredien comparution immédiate à trois mois de prison ferme par le tribunalcorrectionnel de Nantes, qui l'a maintenu en détention pour ses "menacesde mort en récidive" commises le 25 mars dernier sur la maire de Brains etle responsable de son service urbanisme.

A. B., 59 ans, avait menacé ce jour-là Laurent Chauvelon de "se fairesauter avec une ceinture d'explosifs en mairie", de foncer sur l'Hôtel deville "avec une voiture remplie de bouteilles de gaz" ou encore de"faire danser la maire et de lui donner le Baiser de la Mort"..."Cela signifie, dans le langage de la mafia, la mise à exécution d'unemort violente et immédiate", a résumé la substitut du procureur de laRépublique à l'audience.

Le prévenu - qui avait également argué de ses "connaissances"dans le milieu marseillais, d'où il est originaire - s'était emporté contre leresponsable du service urbanisme de la mairie de Brains après que ce dernier sesoit déplacé sur son terrain, situé dans la zone d'activités des Houssais, pourlui rappeler les règles en vigueur en matière de construction.

Le prévenu - qui vit là-bas dans une camionnette - envisage en effetd'installer sur cette parcelle "achetée à des gens du voyage" uneactivité de "brocanteur en pièces automobiles", dans un bâtiment encours de construction, bien qu'il ne soit pas inscrit au Registre du commerceet des sociétés (RCS) et qu'il ne bénéficie pas des autorisations adéquates.

"Je lui ai dit que j'allais m'immoler devant la mairie avec un bidond'essence, en envoyant un Baiser de la Mort à la maire... Si je veux mesuicider, c'est quand même mon problème, non ?", se défend le retraité,plutôt sanguin, dans le box. "De toutes manières, cela fait dix ans que lamairie de Brains me harcèle ! L'ancien maire, il m'a rendu fou !".

"VICTIME DU SYSTEME"

Cet ancien grutier du Port autonome de Nantes/Saint-Nazaire, qui abénéficié d'un départ à la retraite anticipé dans le cadre des dispositifs liésà l'amiante, se dit aujourd'hui "victime du système". Il avait déjàété condamné dix fois par le passé, notamment pour de précédentes "menacesde mort" et "dégradations" au préjudice de son ex-épouse.L'homme comparaissait ainsi détenu, pour ne pas avoir respecté les conditionsdu contrôle judiciaire qui lui avait été infligé.

"Il est dans la toute-puissance et est incapable de respecterl'autorité... Son comportement incivique est patent", déplore la substitutdu procureur de la République, pour justifier les quatre mois de prison fermequ'elle avait requis. "Ces faits sont d'autant plus inacceptables qu'ilssont survenus peu après les attentats de Paris, où des explosifs ont étéutilisés."

La maire de Brains, Laure Beslier, et le responsable de son serviceurbanisme ne s'étaient pour leur part pas constitués partie civile àl'audience, pour "ne pas aggraver son cas".

"C'est quelqu'un aux abois, qui a vraisemblablement perdu pied depuisla mort de son fils à l'âge de 18 ans dans un accident de la route",plaide son avocate. "Aujourd'hui, il n'a plus que deux murs, une caravaneet une camionnette, et ne prend qu'une douche par mois... Ces menaces de mortpeuvent paraître complètement dérisoires pour un problème d'urbanisme, mais ilfaut bien comprendre dans quelle optique ces faits s'inscrivent."/GF(PressPepper)

Ecoutez le responsable du service urbanisme, Laurent Chauvelon. Il revientsur le déroulé des faits.


© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA