Actualités Faits divers 

22 octobre 2015 à 6h44 par Anthony MARSAIS

Tony Meilhon veut convaincre qu'il n'est plus le même...

Ecoutez son avocat nazairien, Maître Benbrahim. Il estime que l'assassin de Laetitia Perrais évolue de façon positive. Il aurait «changé» depuis son premier procès.

RCA
Crédit: - Maître Fatih Benbrahim, avocat de Tony Meilhon, dans son bureau à Saint-Nazaire

A mi-parcours de son procès devant la cour d'assises d'appel d'Ille-et-Vilaine, où il est jugé depuis le 13 octobre pour avoir tué et découpé le corps de Laëtitia Perrais en janvier 2011 près de Pornic, Tony Meilhon cherche à convaincre les jurés de son "évolution positive" depuis les faits, seule possibilité pour lui d'échapper à la "rétention de sûreté" qui lui avait été infligée en première instance en 2013 à Nantes.

 

Cette peine complémentaire - qui permet de garder un détenu jugé dangereux même à l'issue de sa peine - avait d'ailleurs été critiquée à l'époque par Me Cécile de Oliveira, l'avocate de la sœur de Laëtitia, qui n'avait pas caché son opposition personnelle à ce dispositif voté sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Ce dispositif s'était ajouté à la réclusion criminelle à perpétuité et une peine de sûreté de vingt-deux ans, soit l'une des plus lourdes peines de l'arsenal judiciaire français.

 

Ecoutez Me Fathi Benbrahim, l'avocat de Tony Meilhon, dont la plaidoirie est attendue mardi prochain.

Écouter 'Monsieur Meilhon mûrit...'

Me Fathi Benbrahim ne croit pas en revanche que la récente conversion à l'islam de Tony Meilhon, en détention, ait pu jouer dans cette "paix intérieure" qu'il dit avoir retrouvée. "Il nous dit avoir retrouvé la foi, mais depuis juin 2015, ce qui est relativement récent... Or, ce qu'ont noté les experts, c'est une évolution sur plusieurs années", souligne son avocat.

 

L'évolution de Tony Meilhon, par rapport à son premier procès, est aussi vestimentaire : mercredi, il était ainsi par exemple vêtu d'un petit polo noir à losanges, qui tranchait singulièrement avec le survêtement arboré en 2013 devant la cour d'assises de la Loire-Atlantique. Son crâne est également toujours rasé, alors qu'il avait les cheveux longs en 2011./GF (PressPepper)

 

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.



Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA