Actualités Faits divers 

12 octobre 2015 à 5h05 par Anthony MARSAIS

Tony Meilhon rejugé en appel à Rennes après la mort de Laëtitia Perrais

Il avait tué Laëtitia Perrais en janvier 2011 près de Pornic. Tony Meilhon, condamné à la perpétuité en 2013, espère faire sauter la mesure de « rétention de sûreté ».

RCA
Crédit: -

Tony Meilhon va être rejugé en appel à partir de mardi à Rennes par la cour d'assises d'Ille-et-Vilaine pour "enlèvement et séquestration suivie de mort", après avoir tué Laëtitia Perrais en janvier 2011 près de Pornic et jeté son corps scié dans deux plans d'eau de la région, à Lavau-sur-Loire et Port Saint-Père.

 

Ce délinquant multirécidiviste, âgé aujourd'hui de 36 ans, avait été condamné en juin 2013 à Nantes à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de vingt-deux ans et d'une possible rétention de sûreté à l'issue de sa peine, en cas de risque de récidive, ce qui en faisait l'une des peines les plus lourdes prévues par le Code pénal.

 

C'est précisément cette rétention de sûreté, une disposition introduite sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, qui a conduit l'accusé à faire appel. Ce dernier avait pourtant dit lors de son procès "mériter la prison à vie" pour la mort de la jeune serveuse, âgée de 19 ans.

 

Tony Meilhon sera considéré par les jurés comme étant en situation de récidive, pour avoir déjà été condamné par le passé pour un autre crime, à savoir le viol d'un co-détenu.

 

Son premier procès en appel, qui devait se tenir en novembre 2014, avait été renvoyé en raison de la grève nationale des avocats, qui réclamaient notamment une revalorisation de l'aide d'Etat accordée aux justiciables les plus démunis. Près de quatre-vingts journalistes se sont accrédités pour ce second procès, prévu pour durer jusqu'au 28 octobre prochain.

 

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA