Actualités Région 

1er avril 2015 à 0h00 par La rédaction

Saint-Vincent-des-Landes : le couple devra détruire sa maison illégale !

<p>Ils avaient construit sur une zone naturelle.</p>

RCA
Crédit: -

NANTES, 31 mars 2015 (PressPepper) - Le couple qui avait été jugé le 10mars pour "infraction aux dispositions du plan local d'urbanisme" deSaint-Vincent-des-Landes (Loire-Atlantique) a été condamné mardi matin à uneamende de 750 �?� par le tribunal correctionnel de Nantes, conformément auxréquisitions du parquet.

L'homme et la femme devront aussi remettre en état leur parcelle sous sixmois, avec une astreinte de 30 �?� par jour de retard. Ils y avaient construitune maison de plus de 120 m2, tout en sachant que le terrain avait été classéen zone naturelle par la commune et qu'il était théoriquement inconstructible.

"J'ai vécu pendant dix ans à Malakoff, à Nantes... On a eu la chanceque mes beaux-parents nous lèguent ce terrain, sans quoi on y seraitencore", avait assumé Séverine*, mère au foyer de quatre enfants, lors del'audience. "Je suis une maman avant tout : ma priorité, c'était que mesenfants sortent du quartier."

Censée sur le cadastre n'être qu'un simple "abri de jardin", leurmaison compte ainsi en réalité trois chambres, une cuisine et une salle debains. Elle est alimentée en électricité par des panneaux solaires, chauffée àl'aide d'une cheminée et dotée d'une "micro-station" d'épuration pourl'assainissement de ses eaux usées.

UN CREDIT DE 50.000 �?� SUR LE DOS

Séverine avait aussi mis en avant le "crédit de 50.000 �?' souscritpour acheter les matériaux, la construction ayant été faite par son mari, unmaçon au chômage qui cherche actuellement à monter sa propre entreprise."Si demain vous faites démolir la maison, on se retrouvera à la rue",avait mis en garde cette femme de 35 ans, déjà condamnée pour avoir fraudé leRSA. "Au pire, on retournera dormir chez papa-maman."

"Avant de prendre un crédit de 50.000 �?�, alors que vous sachiez quevous construisiez illégalement, il fallait réfléchir", avait rétorqué lamagistrate. "C'est très louable à vous de vouloir offrir un cadre de vieagréable à vos enfants, mais beaucoup de gens vivent à Malakoff et n'ont pasles moyens d'acheter un terrain... Si aujourd'hui l'administration ferme lesyeux sur votre cas, demain tout le monde va vouloir faire pareil, ça va être lafête !".

Le substitut du procureur de la République, lui, s'était dit "unpeu démuni face à tant de bêtise". "La commune a voulu préserver lepaysage pour des raisons environnementales, c'est pour ça qu'elle a porté plainte...Il n'y a aucune chance que la zone devienne constructible, à moins que le mairede Saint-Vincent-des-Landes soit pris d'un coup de folie et qu'il veuilletransformer sa petite commune en mégalopole !", avait-il ironisé. "Laseule possibilité qui leur reste, c'est d'installer un cabanon pour ranger sonmatériel de pêche."/GF (PressPepper)

*prénoms d'emprunt

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA