Actualités Région 

20 octobre 2014 à 0h00 par La rédaction

Prison ferme pour l'automobiliste ivre qui avait tué un motard à Anetz

Le prévenu, âgé de 74 ans, purgera sa peine à l'aide d'un bracelet électronique. 

RCA
Crédit: -

NANTES, 20 octobre 2014 (PressPepper) - Dix-huit mois de prison dont sixfermes ont été prononcés lundi soir par le tribunal correctionnel de Nantes àl'encontre de l'automobiliste qui avait tué un motard, le 1er décembre dernierà Anetz (Loire-Atlantique), alors qu'il revenait en état d'ébriété d'une partiede chasse.

H. R., 74 ans, a également vu son permis de conduire passé en 1958 annulé,et il aura pour interdiction de le repasser avant cinq ans. Il devra purger sapeine à l'aide d'un bracelet électronique, a décidé le tribunal correctionnelde Nantes, qui l'a condamné en outre à verser 78.000 �?� de dommages et intérêtsà la famille de sa victime en réparation de son "préjudice d'affection".

Le soir des faits, la Peugeot 205 de ce retraité de la commune avait eneffet heurté la moto de Brice G., un habitant de Varades de 23 ans, en sortantd'un petit chemin qui coupe la D723 Nantes-Angers.

Le septuagénaire, qui a l'habitude d'emprunter ce chemin "depuis lesannées 1970" et cela "plusieurs fois par semaine", avait aumoment des faits 0,63 g d'alcool par litre de sang. A l'audience, il a reconnuavoir bu "deux verres de vin, peut-être deux et demi" ce jour-là,alors qu'il avait dit aux gendarmes en avoir vidé "sept".

LE MOTARD RESPECTAIT LA VITESSE MAXIMALE

Le motard, pour sa part, roulait à 88 km/h selon un expert, soit au-dessousde la vitesse maximale autorisée. Une autre automobiliste, qui a assisté endirect à l'accident, avait elle-même jugé le choc inévitable, dans la mesure oùelle avait bien vu que le prévenu n'aurait jamais eu le temps de traverser ladépartementale...

"Les motards ont mauvaise réputation, on dit souvent qu'ils roulenttrop vite", avait convenu le procureur de la République dans sesréquisitions, où il avait réclamé douze mois de prison dont trois ferme."Mais là, on avait affaire à un bon motard, qui se conduisait de façonirréprochable au moment des faits."

"Il n'y a pas une nuit sans que moi et son père ne pleurions notrefils", a témoigné pour sa part la mère de Brice G., qui arborait unT-shirt à l'effigie de son fils, tout comme la vingtaine d'autres proches quiavaient fait le déplacement au Palais de justice de Nantes. "Vous nousavez enlevé le bonheur d'avoir des petits-enfants, vous avez détruit tout çapour quelques verres", a-t-elle ajouté à l'attention du prévenu.

L'avocat du chasseur a lui estimé qu'il n'y avait "absolument pas eude traitement de faveur" pour ce père de gendarmes, comme lesous-entendait les parents du jeune peintre industriel.

"Est-ce qu'une peine de prison ferme est impérative pour quelqu'un quiest né en 1940, et qui a des soucis de santé ? Je n'en suis pas certain",avait ajouté Me Antoine Barrière. "Un sursis intégral serait plus cohérentpar rapport à son casier judiciaire, qui jusque-là était vierge."/GF(PressPepper)

Crédit photo : Guillaume Frouin/Presspepper

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA