Actualités Faits divers 

3 mai 2016 à 19h40 par Hélène Hamon

Plessé : les opposants au téléski nautique déboutés par la justice

C'est une défaite pour les opposants au téléski nautique de Plessé. La justice vient de rejeter le recours de plusieurs riverains qui voulaient faire suspendre le permis d'aménager du porteur de ce projet.

RCA
Crédit: -

 Le juge des référés du tribunal administratif de Nantes a rejeté le recours des opposants au "Wake Park" de Plessé, qui avaient assigné jeudi dernier la commune et le porteur du projet pour faire suspendre en urgence le permis d'aménager qui avait été accordé le 8 avril dernier à ce téléski nautique.

 

"En l’état de l’instruction, (...) aucun des moyens invoqués n’est de nature à faire naître un doute sérieux quant à la légalité de la décision attaquée", estime le magistrat dans son ordonnance, qu'a pu consulter PressPepper. Le litige sera désormais réexaminé sur le fond, d'ici à un deux ans, par le même tribunal administratif de Nantes.


Le recours en référé, une procédure d'urgence, faisait suite à une pétition qui a recueilli "1.600 signatures" et à une chaîne humaine qui a rassemblé 500 personnes le 13 mars dernier : riverains et conseillers municipaux d'opposition sont très critiques à l'égard du porteur du projet - qui veut accueillir dès cet été "enterrements de vie de garçon, cousinades et séminaires d'entreprise", et qui prévoit aussi de construire un restaurant sur pilotis de 132 places.

 

Cinq à sept pylônes doivent en effet être érigés au milieu de l'étang de Buhel, un plan d'eau de onze hectares creusé en 1992, "très apprécié des baigneurs, des promeneurs et des familles", avait rappelé l'avocate du collectif d'opposants et des quatre riverains qui se sont associés à sa requête.

 

PAS PLUS DE BRUIT QU'UNE TONDEUSE


"Ce projet va réduire la plage gratuite à une bande de 8 mètres sur 100, alors qu'elle accueille jusqu'à mille personnes certains jours", avait insisté l'avocate au barreau de Rennes. "Alors que les riverains avaient une vue dégagée sur le plan d'eau, ils ne verront plus désormais qu'un talus et des pylônes de dix à douze mètres de haut."


Le téléski nautique - qui pourrait empiéter sur "entre 30 et 50 %" de l'étang - va également occasionner des "nuisances sonores" en raison des "nombreuses allées et venues" de ses clients. Ceux des chambres d'hôtes voisines "voient d'un mauvais oeil ce projet, et disent très clairement qu'ils ne viendront plus", avait même soutenu l'avocate à l'audience.


L'avocate avait également dénoncé la "précipitation" dans laquelle ce projet a été fait, sans véritable concertation publique, pour qu'il puisse ouvrir en même temps que son concurrent de Nozay, à vingt kilomètres de Plessé.

 

L'avocat de la commune de Plessé avait écarté, de son côté, les accusations de "nuisances sonores" du téléski nautique : son bruit sera "inférieur à celui d'une tondeuse à gazon". Il avait également noté que les riverains sont déjà séparés de l'étang de Buhel par la route de Savenay, qui connaît "un trafic extrêmement important de poids lourds". Enfin, il avait minimisé l'intérêt de l'étang de Buhel, "un site complètement artificiel" qui ne fait l'objet d'aucune mesure de protection particulière./GF

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA