Actualités Faits divers 

9 octobre 2015 à 11h33 par Hélène Hamon

Notre-Dame-des-Landes : 150 gendarmes mobilisés ce vendredi matin pour récupérer un camion "immobilisé"

150 gendarmes ont été mobilisés sur la ZAD à Notre-Dame-des-Landes vendredi matin pour récupérer un camion. Cette nuit, des zadistes auraient délogé le chauffeur de ce poids lourd qui transportait plusieurs tonnes de bouteilles d'alcool. Mais sur place, des habitants contestent cette version des faits.

RCA
Crédit: -

Que s'est il passé dans la nuit de jeudi à vendredi à Notre-Dame-des-Landes ? Le conducteur d'un poids lourd qui s'était trompé de route se serait retrouvé coincé sur la D281, en pleine ZAD. Selon son employeur, "le chauffeur a du prendre une déviation à cause d'un accident à l'entrée de l'axe Nantes-Rennes. Ensuite, il a demandé son chemin à un inconnu qui l'a incité à prendre cette route à Notre-Dame-des-Landes..." Il se serait ainsi retrouvé dans la Zad, sur la fameuse D281, dite "route des chicanes". Ensuite, les versions divergent sur les faits. Selon la préfecture, il "a été pris à partie par des individus qui l'ont forcé, sous la menace, à quitter son véhicule. Les délinquants ont dérobé une partie des marchandises transportées." La direction des transports Lahaye va dans le même sens : "Des personnes sortent des logements de fortune et approchent tentés par le contenu. De manière intimidante, ils somment le conducteur de remonter dans sa cabine, de façon menaçante. Les « agresseurs » étaient en possession de barres et autres armes blanches.  Le conducteur s’est entendu déclarer « nous allons te dépouiller ». La remorque sera vidée de son contenu (13 palettes d’épicerie et alcool), le gazole siphonné ainsi que le fuel, les batteries prélevées (restituées sur la demande des autorités)."

 

Le chauffeur, égaré ou agressé ?

 

Cette version est contestée par les zadistes. "Cette route est ouverte à la circulation à tout véhicule, de la voiture aux engins agricoles, mais pas aux poids-lourds. Nous regrettons que la signalisation évitant aux poids lourds de s'engager sur cette route soit systématiquement enlevée à chaque fois qu'on la remet en place. Ceci amène régulièrement des camions à avoir des difficultés de manœuvre entre les chicanes parfois relativement étroites. En général, les chauffeurs trouvent toujours quelqu'un pour les aider à bouger un obstacle ou pour les guider dans leur manœuvre. Cette nuit, le camion de 38 tonnes est resté bloqué et n'est pas parvenu à se dégager. Les habitants dormaient quand le camion est arrivé à 3h du matin. Il n'y a eu aucune violence sur le chauffeur qui est resté tranquillement dans sa cabine jusqu'au matin où un véhicule est venu le chercher. Personne ne s'est opposé à la récupération de la marchandise." 

 

Une certitude : le chauffeur n'a pas été blessé. 150 gendarmes et un hélicoptère ont été mobilisés dès 9h pour aller récupérer le camion en question. Une opération qui se serait déroulée "dans un climat tendu avec la présence hostile d'individus cagoulés" selon la préfecture. L'opération a pris fin à 11 heures. Le poids lourd est en cours d'analyse par la police technique et scientifique. Il sera ensuite rendu à son propriétaire.

 

L'association favorable à l'aéroport Des Aides pour l'Ouest n'a pas tardé à réagir. Son président, Alain Mustière, demande une nouvelle fois à l'Etat d'évacuer la ZAD, "zone de non-droit", "avant qu'un drame ne survienne". Et d'ajouter : "Ce territoire est devenu la honte de la République."

 

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA