Actualités Région 

27 mai 2015 à 0h00 par La rédaction

Nantes : procès fictif aux assises pour les étudiants en droit américains !

<p>Etudiants américains et français ont pu se rendre compte des différences entreles deux pays en matière de droit.</p>

RCA
Crédit: -

NANTES, 26 mai 2015 (PressPepper) - Une douzaine d'étudiants en droitaméricains et une dizaine de leurs homologues français de l'ICES de la Roche-sur-Yon (Vendée) ontrejoué mardi à Nantes le procès fictif d'un braquage, dans la salle de la courd'assises de la Loire-Atlantique, pour comparer le droit de leurs deux pays.

Venus de Des Moines, la capitale de l'Etat de l'Iowa, certains avaientrevêtu pour l'occasion la véritable robe de la présidente de la cour d'assises,ou encore celle de la procureur de la République de Nantes.

"Les étudiants américains vont voir qu'ici, on parle du casierjudiciaire de l'accusé au moment de l'évocation de sa personnalité, alors quechez eux, il n'est pas question de le faire", cite en exemple MiguelArchambaud, l'habituel huissier de la cour d'assises et auteur de la pièce quia été jouée. "Ils vont aussi voir qu'en France, on ne peut pas cumuler lespeines, comme chez eux, où on peut obtenir des peines de 120 ans deprison."

La pièce, jouée pour la quatorzième année consécutive, permet aussi defaire la part du vrai et du faux parmi les clichés qui circulent sur la justiceaméricaine, et répandus par les séries télé ou les films de cinéma.

"On l'a aussi vu dans les questions des étudiants américains : ilssont très étonnés qu'on ne puisse pas faire "Objection votreHonneur"", constate ainsi Miguel Archambaud. "Quand au fait dejurer sur la Bible, un des enseignants nous a expliqué que c'est un vrai cliché: c'est possible en Angleterre, mais pas aux Etats-Unis."

"Aux Etats-Unis, on est désavantagé si on n'a pas un bon avocat : dansneuf affaires sur dix, il y a une négociation entre le procureur et l'avocat dela défense", compare de son côté Andrew West, enseignant à l'universitécatholique de la Roche-sur-Yon. "Dans le système français, tout dépend dujuge d'instruction : si vous avez un bon juge d'instruction, qui instruit àcharge et à décharge, la justice sera faite."

"Après ce genre de pièce, les étudiants américains commencent à voirque leur système n'est pas le seul au monde, et qu'il en existe d'autres pourobtenir justice", constate l'enseignant. "Au final, ils retiennentsouvent que le système français est très puissant, que c'est l'Etat et lesjuges qui contrôlent tout. Aux Etats-Unis, le juge n'a qu'un rôle de simple"arbitre"  entre le procureur et l'avocat de ladéfense."/GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA