Actualités Faits divers 

26 juin 2015 à 6h36 par Anthony MARSAIS

Nantes : les "massages tantriques" considérés comme de la prostitution...

Deux femmes ont été condamnées à trois mois de prison avec sursis. Elles effectuaient des massages en corps à corps et facturaient leurs prestations 6 fois plus qu'un massage classique.

RCA
Crédit: - Des massages facturés 400 euros au lieu de 60 euros habituellement...

NANTES, 25 juin 2015 (PressPepper) - Deux gérantes d'un salon de massage nantais ont été condamnées jeudi à trois mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes pour "proxénétisme aggravé", pour avoir demandé à leurs deux employées de se livrer, comme elles, à des « massages tantriques » sur leurs clients.

Ces massages naturistes et corps-à-corps ont en effet été considérés comme de la "prostitution" par le tribunal correctionnel de Nantes, ce dont se défendaient pourtant les deux femmes âgées de 40 et 48 ans. Les prestations étaient vendues 400 €, contre 60 € pour un massage classique, selon la brigade des mœurs.

"Ces massages n'avaient peut-être pas pour finalité l'éjaculation des clients, mais ils comprenaient des massages prolongés du sexe... Ils permettaient donc de satisfaire les besoins sexuels des hommes", a justifié le président du tribunal correctionnel de Nantes, lors du rendu de sa décision.

Les deux responsables du salon ont donc été reconnues coupables de "proxénétisme", dans la mesure où elles avaient mis leurs locaux et leur site internet à disposition de leurs employées. Elles ont en revanche été relaxées du délit de "travail dissimulé" que leur reprochait le parquet, faute d'éléments probants.

Les prévenues, comme le procureur de la République, ont dix jours pour faire appel de la décision./GF (PressPepper)

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA