Actualités Faits divers 

3 décembre 2015 à 7h01 par Anthony MARSAIS

Nantes : il avait fait vivre "deux jours de cauchemar" à son ex-compagne

Le prévenu, âgé de 27 ans, avait séquestré, frappé et humilié la maman de sa petite fille. Il écope de 6 mois de prison ferme. Peine aménageable.

RCA
Crédit: -

Un homme de 27 ans a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel de Nantes à dix-huit mois de prison, dont six fermes, pour des "violences" commises pendant deux jours sur son ex-compagne en mai dernier à Nantes, en raison d'un "problème d’hygiène" de leur fille de 2 ans.

 

L’individu sera en outre soumis à une mise à l'épreuve de deux ans, durant lesquels il aura obligation de chercher du travail et de suivre des soins. Il lui sera également interdit, pendant ce délai, de se rendre chez sa victime. Les juges n'ayant pas prononcé de mandat de dépôt à son encontre, il sera bientôt convoqué devant un juge d'application des peines, pour voir comment il purgera sa partie de prison ferme (incarcération, semi-liberté, bracelet électronique...).

 

L'enquête avait en effet fait apparaître que le prévenu avait séquestré chez lui, entre le 29 et le 31 mai dernier, la mère de sa petite fille. Pendant "ces deux jours de cauchemar", la jeune femme avait été frappée, "privée de son téléphone" et "humiliée" en étant mise à nu. Elle avait aussi vu ses vêtements "découpés avec des ciseaux" par l'intéressé, avait rapporté le procureur de la République. Il avait également exhibé une arme de poing sous ses yeux, selon la victime.

 

C'est finalement l'arrivée d'un cousin, qui s'inquiétait de la présence de la jeune femme, qui avait mis un terme à la séquestration. Les policiers, lors de la fouille de l'appartement effectuée le lendemain des faits, avaient également retrouvé du matériel nécessaire à la culture du cannabis.

 

"C'est horrible ce que j'ai fait, ça a été super loin, mais je suis quelqu'un de bien... Je sais faire autre chose que de taper", avait insisté le prévenu avant que les juges ne partent délibérer. Ces derniers ont retenu son statut de récidiviste : il avait déjà été condamné pour des faits similaires par le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre en juin 2009./GF (PressPepper)

 

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA