Actualités Faits divers 

8 décembre 2015 à 18h08 par Hélène Hamon

Nantes : cinq mois de prison pour le jeune homme qui s'était évadé du CHU

Un homme âgé de 24 ans, bien connu de la justice, a été condamné à cinq mois de prison ce mardi. En octobre dernier, il avait échappé à la surveillance des policiers, il s'était alors évadé du CHU de Nantes.

RCA
Crédit: -

Un jeune homme de Saint-Philbert-de-Grandlieu a été condamné mardi en comparution immédiate à cinq mois de prison fermes par le tribunal correctionnel de Nantes, après s'être évadé par la fenêtre des toilettes du CHU de Nantes, où il était hospitalisé, le 22 octobre dernier.


Ce ferrailleur de 24 ans, a écopé en outre d'un mois supplémentaire pour "dégradation du bien d'autrui", et maintenu en détention, après avoir donné un coup de pied dans l'ordinateur des gendarmes lors de sa garde à vue : le prévenu avait en effet été retrouvé un mois plus tard, lors d'un vaste coup de filet dans un camp de gens du voyage.


Le jour des faits, le jeune homme s'était échappé par une fenêtre non sécurisée, alors que les toilettes se trouvaient au rez-de-chaussée du CHU, malgré la garde statique des policiers qui étaient postés à l'entrée.


"J'ai pas réfléchi... Si c'était à refaire, je ne le referai pas", s'est excusé à l'audience le jeune homme, qui était surveillé dans son box par cinq gendarmes, dont deux qui le fixaient du regard en permanence. Il a simplement expliqué avoir pris peur à la lecture de la presse locale, dans laquelle le parquet faisait part de son intention de l'incarcérer à nouveau.


Le jeune homme avait déjà été condamné trois semaines plus tôt à quatre mois de prison ferme pour une précédente "évasion", par la même chambre des comparutions immédiates du même tribunal correctionnel de Nantes, après avoir coupé le bracelet électronique qu'il avait depuis cinq mois... alors qu'il allait lui être enlevé huit jours plus tard.


"On lui laisse un peu d'intimité, et voilà qu'il en profite pour se faire la belle", a déploré la substitut du procureur, qui avait requis "entre huit et dix mois" de prison fermes pour cette "évasion digne d'un mauvais film", selon l'avocate du prévenu. "Il n'en a pas profité pour commettre de nouveaux délits : il est resté dans la région, pour voir sa femme et sa fille... Il est dans l'incapacité de rester éloigné d'elles pendant longtemps", avait insisté cette dernière.


Son client, qui a désormais vingt-six mentions à son casier judiciaire, n'en a pas fini avec la justice : le prévenu est soupçonné d'être impliqué dans "une quarantaine de cambriolages" en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire, notamment au Loroux-Bottereau, à Notre-Dame-des-Landes ou Blain. Il aurait également pris part à des vols dans des commerces à Clisson en août et à celui de la boulangerie de Géneston en septembre.

 

 

 


© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA