Actualités Faits divers 

6 octobre 2015 à 8h56 par Anthony MARSAIS

Morts sur les routes : une hécatombe en Loire-Atlantique (+ 35%) !

Au 6 octobre 2014, on déplorait 45 morts sur les routes de Loire-Atlantique. Au 6 octobre 2015, on déplore 61 victimes. L'association de prévention routière ne réclame ni davantage de répression ni davantage de prévention. L'association demande aux automobilistes de "prendre leurs responsabilités".

RCA
Crédit: - Le téléphone au volant serait en forte augmentation selon l'association de prévention routière.

 

La situation est très préoccupante sur les routes de Loire-Atlantique. Depuis le début de l’année, 61 personnes sont décédées sur les axes du département. Un chiffre en augmentation de… 35 % par rapport à l’an passé, à la même période !

 

Ce lundi, deux personnes se sont tuées, dans deux chocs frontaux. Un homme de 39 ans est décédé lundi matin sur la route Nantes-Pornic, à hauteur de Chéméré. Il a percuté un utilitaire qui arrivait en face pour une raison encore inconnue. En début d’après-midi lundi, c’est une femme de 61 ans, originaire de la Chapelle sur Erdre, qui a trouvé la mort sur la route qui mène de Nort-sur-Erdre à Joué-sur-Erdre, là encore dans un choc frontal. Dans l’autre véhicule, une femme de 38 ans a été hospitalisée dans un état très grave. Et ce mardi, en début d'après-midi, un véhicule s'est encastré sous un camion à Prinquiau (Z.A. des Basses-Landes), faisant un mort, un homme de 51 ans.

 

Interrogé par nos confrères d’Ouest France, Laurent Buchaillat, directeur de cabinet du préfet, apporte un début d’explication à cette hécatombe. Il évoque un « relâchement des comportements ».  Il appelle à une « prise de conscience individuelle. Sur la route, celui qui décide de vivre, c’est celui qui est au volant ! ». Le discours est semblable du côté de l’association de la prévention routière en Loire-Atlantique. Régis Béranger est le directeur départemental de l’association.  Il dénonce une forte augmentation de l’utilisation du téléphone au volant. En 2013, un sondage TNS Sofrès nous apprenait que 61 % des moins de 35 ans lisaient leur SMS en conduisant. Régis Béranger appelle à une prise de conscience et réclame une justice plus sévère.

[son2]

 

Rappelons que le fait d'écrire un message en conduisant multiplie par 23 le risque d'accident.

 

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA