Actualités Région 

29 septembre 2014 à 0h00 par La rédaction

Les avocats en grève ce mardi à Nantes !

Ils réclament notamment la revalorisation de l'aide juridictionnelle réservée aux plus démunis.

RCA
Crédit: -

NANTES, 29septembre 2014 (PressPepper) - Les avocats du barreau de Nantes sont appelés àfaire la "grève des audiences" ce mardi, pour réclamer à nouveau larevalorisation de l'aide juridictionnelle réservée aux plus démunis mais aussipour protester contre les récentes mesures annoncées par le gouvernement.

Toutes lesaudiences pénales, civiles ou administratives devraient donc être renvoyées,"sauf urgences et situations particulières risquant de mettre en péril lesintérêts des clients", indique l'ordre des avocats. Les cabinets serontégalement fermés, et les différentes permanences et consultations gratuitesn'auront pas lieu.

Les avocatsprotestent notamment contre la création d'un statut d'avocat-salarié"contraire à l'indépendance" de la profession, l'ouverture du capitalde leurs cabinets à des fonds extérieurs ou encore la suppression de la"territorialité de la postulation" devant le TGI, qui impose depasser par un avocat local. 

Cette dernièremesure entraînerait la création de "déserts judiciaires" dans lespetites villes rurales comme Châteaubriant ou Saumur (Maine-et-Loire), estconvaincu le bâtonnier nantais.

"Lesconfrères sont totalement abattus... Ces trois dernières mesures, c'est labombe atomique ! On avait déjà ce virus permanent autour de l'aidejuridictionnelle, mais là, les gens pensent carrément que la profession estmorte", confie à PressPepper Me Jacques Lapalus. "Cette grève desaudiences, ce n'est que le début... Ca va vraiment éclater : si on veut fairemourir les avocats, alors ils vont faire un petit tour d'honneur."/GF(PressPepper)

© 2014PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dansce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit etpréalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctionsprévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriétéintellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA