Actualités Pays-de-la-Loire 

10 mai 2016 à 14h16 par Elsa Borrel

Les agents EDF de la centrale de Cordemais en grève

Les agents EDF de la centrale thermique de Cordemais sont en grève depuis ce mardi matin. Ils protestent contre la fermeture anticipée des unités fioul. Les syndicats s'inquiètent aussi pour la pérennité du site.

RCA
Crédit: -

LA SITUATION ACTUELLE

Aujourd’hui, quatre unités de production électrique composent la centrale thermique de Cordemais. Deux sont dédiées au fioul ; deux autres au charbon. Le site produit jusqu’à 2600 MWatts pour alimenter la Bretagne et les Pays de la Loire. Il emploie près de 2 000 personnes, dont 460 agents EDF et 250 prestataires permanents.

 

200 EMPLOIS MENACÉS

En février 2016, la direction nationale d’EDF annonce la fermeture anticipée, initialement prévue en 2023. 200 emplois sont menacés. « La raison est purement financière », déclare Gwénaël Plagne, délégué CGT à la centrale de Cordemais. « EDF est dans une difficulté au niveau national. Les investissements dans le nucléaire les amènent à faire des choix. Ils estiment qu’ils peuvent sacrifier deux tranches fioul sur Cordemais. »

Outre cette fermeture, c’est la pérennité du site de Cordemais qui inquiète les syndicats. Les unités charbons pourraient aussi être menacées à moyen terme.

Écouter Cordemais menacée

 

 

TRANSITION ÉNERGETIQUE : QUEL AVENIR POUR LE CHARBON ?

Le prix de la tonne de CO2 pourrait passer de 6 à 30 €. Avec une telle augmentation des coûts, les syndicats craignent une forte baisse de la production. Avec un risque de pénurie et d’augmentation de la facture des usagers.

Pourtant, la centrale thermique de Cordemais est actuellement en travaux de modernisation. 400 millions d’euros ont été débloqués pour dépolluer la production de charbon. Mais sans effort concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre, cet investissement pourrait bien se révéler vain.

Cependant, selon Gwénaël Plagne, un charbon propre, c’est possible.

[son2]

 

Les agents EDF sont donc sur le pont depuis 5h30 ce mardi matin. Ils attendent de la direction qu’elle revienne à la table des négociations. Cette mobilisation doit se poursuivre la nuit et la journée de mercredi.

[son3]

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA