Actualités Faits divers 

19 mai 2016 à 3h54 par Anthony MARSAIS

Legé : l'automobiliste en état d'ivresse avait tué un octogénaire en voiturette

Le conducteur de la voiture sans permis avait été projeté à 40 mètres de l’impact…Le chauffard, lui, avait 1.17 g d’alcool dans le sang. Il purgera sa peine avec un bracelet électronique.

RCA
Crédit: -

Un automobiliste de 30 ans a été condamné mercredi pour "homicide involontaire" à dix-huit mois de prison, dont douze avec sursis, après avoir percuté en état d'ivresse et à pleine vitesse un octogénaire qui roulait à Legé au volant d'une voiturette sans permis, le 1er février 2015.


Le tribunal correctionnel de Nantes a également décidé que cet habitant de Legé purgera ses six mois de prison ferme chez lui, à l'aide d'un bracelet électronique ; cet installateur sanitaire ne pourra sortir que pour se rendre à son travail, à Ligné. Son permis de conduire a enfin été annulé, et il ne pourra le repasser avant trois mois.


"Vous avez une famille et un travail, cela ne sert à rien de tout mettre à bas : on ne répare pas un malheur avec un autre", a commenté le président du tribunal correctionnel de Nantes, pour justifier sa relative clémence en matière d'interdiction de conduite. "Mais les conséquences sont telles que la peine ne pouvait être seulement symbolique."


Le procureur de la République avait en effet réclamé dix-huit mois de prison intégralement avec sursis, bien que le prévenu roulait cet après-midi avec 1,17 g d'alcool dans le sang sur la D753, normalement limitée à 90 km/h. Alors qu'il doublait plusieurs véhicules, il avait été "surpris par la lenteur" de la voiturette sans permis de sa victime, âgée de 84 ans.


Percuté par l'arrière, l’octogénaire avait été éjecté "à une quarantaine de mètres", bien qu'il portait sa ceinture de sécurité. Sa petite Aixam avait également été "pulvérisée", selon les termes des gendarmes. Malgré son état d'ivresse, le prévenu n'avait pas cherché à fuir : ce père de deux enfants de 3 et 7 ans avait "réagi de façon digne et responsable", selon le président du tribunal, en appelant lui-même les secours et en recouvrant sa victime de son manteau.


La famille de l'octogénaire, pour sa part, ne s'était pas déplacée au tribunal pour assister à cette "affaire tragiquement simple", selon le procureur de la République./GF (PressPepper)

 

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA