Actualités Région 

8 avril 2014 à 22h00 par La rédaction

Le recours du FC Nantes devant le tribunal administratif sera jugé le 17 avril

Information exclusive de l'agence Presspepper

RCA
Crédit: -

Exclusif agence Presspepper - Match perdu contre Bastia : le recours du FCN examiné la semaine prochaine

NANTES, 9 avril 2014 (PressPepper) - Le "référé-suspension" intenté par le FC Nantes pour récupérer les trois points perdus lors de son premier match de la saison contre le Sporting Club de Bastia sera examiné le 17 avril par le tribunal administratif de Nantes, a-t-on appris mercredi auprès de la juridiction.

Il vise à "suspendre l'exécution de la décision rendue par la Commission d'appel de la Ligue de football professionnel du 26 février 2014", qui avait donné match perdu aux Canaris après avoir aligné Abdoulaye Touré, qui avait fait l'objet d'une suspension lors du dernier match de la saison précédente en CFA 2.

Le FCN avait remporté le match 2-0 sur le terrain, mais avait été déclaré perdu sur tapis vert par les instances du football professionnel français.

Un autre recours a déjà été intenté devant le tribunal administratif de Nantes, par le club et par le joueur, pour contester la validité de la suspension en question. Ceux-ci s'appuient notamment sur le fait qu'elle n'a pas été signifiée par un courrier avec accusé de réception.

Si le juge des référés donnait raison au club, "cela devrait permettre l'attribution des trois points à titre provisoire au FC Nantes" d'ici la fin de la saison, a dit mercredi à PressPepper Lionel Levain, avocat du club. Une fois cette procédure d'urgence jugée, les deux recours distincts - retrait des trois points, et validité de la suspension - seraient jugées sur le fond "courant juin" par le tribunal administratif de Nantes./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA