Actualités Région 

23 décembre 2014 à 0h00 par La rédaction

Le psychiatre avait abusé de trois de ses patientes dans son cabinet de Couëron

Il est en fuite en Algérie.

RCA
Crédit: -

NANTES, 22 décembre 2014 (PressPepper) - Un psychiatre en fuite en Algériea été condamné lundi par le tribunal correctionnel de Nantes à dix-huit mois deprison ferme, en son absence, pour des agressions sexuelles commises sur troisde ses patientes, en 2010 et 2011, dans son cabinet de Couëron(Loire-Atlantique).

Le Dr T. O., qui habitait Montbert, a pris le bateau pour son paysd'origine le 17 juillet 2012, alors que l'enquête était en cours... L'ordre desmédecins de Loire-Atlantique, pour sa part, avait constaté à la même époque la"fermeture précipitée" de son cabinet, situé dans le quartier de laChabossière.

Les juges, qui ont assorti leur condamnation d'une interdiction d'exercerde dix ans et d'une inscription au fichier des délinquants sexuels, ont doncmaintenu le mandat d'arrêt émis à son encontre.

Lors de sa garde à vue, ce médecin de 56 ans avait dénoncé des"accusations tout à fait infondées", de patientes ayant fait un"transfert amoureux" sur sa personne après avoir "malinterprété" certains de ses gestes.

Décrit comme "peu communicatif" et "assez aigri" parses anciens collègues hospitaliers, ce psychiatre libéral était aussi"bizarre", "très tactile" et "très fixé sur lapoitrine" de ses patientes, ont fait remarquer plusieurs d'entre elles. Lapremière à avoir porté plainte avait ainsi été l'objet de"caresses"... alors qu'elle était complètement "amorphe",sous l'emprise des médicaments qu'il lui avait prescrits.

La seconde plaignante l'accusait aussi de lui avoir "mis les mains surles fesses et la poitrine", et la troisième avait dû s'asseoir sur sesgenoux dans ces circonstances "dérangeantes". Leurs rendez-vousavaient lieu systématiquement le soir, après 18h30, quand la secrétaire dupsychiatre avait fini sa journée de travail.

"Pour ces jeunes femmes psychologiquement fragiles, c'est la trahisonabsolue : elles ont été abusées par un médecin, à qui elles avaient accordéleur confiance", souligne Me Guillaume Bouché,l'avocat de l'une d'entre elles. "Ce genre de faits est tout à faitinhabituel : nous avons plutôt l'habitude de voir les psychiatres concourir ànos procédures pour examiner des victimes", avait lui fait remarquer leprocureur de la République.

Ce dernier avait donc requis deux ans de prison, une interdiction d'exercerson métier pendant dix ans et une inscription au fichier des délinquantssexuels pour le médecin algérien.

Il devra également payer 5.000 �?� de dommages et intérêts à deux de sestrois victimes pour leur "préjudice moral", tandis qu'une expertisesera menée pour évaluer celui de la troisième./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA