Actualités Musique - People 

29 septembre 2015 à 15h45 par Anthony MARSAIS

Le motard avait été flashé à 42 reprises en un an par le même radar !

Le motard, installé à Saint-Herblon, avait été flashé 42 fois en un an à Anetz ! Jugé ce mardi, le tribunal rendra sa décision mi-octobre.

RCA
Crédit: -

Un motard de Saint-Herblon a été jugé mardi à Nantes par le tribunal de police, après avoir été flashé pour la quarante-deuxième fois en l'espace d'un an par le même radar automatique à Anetz, près d'Ancenis.

 

Ce menuisier de 47 ans avait ainsi été contrôlé pour la dernière fois, le 23 juin dernier, à 153 km/h au lieu de 90, alors qu'il se trouvait au guidon de sa moto Suzuki. Devant les gendarmes, ce père de trois enfants avait reconnu avoir agi par "jeu" ou par "défi", après que des amis lui aient assuré qu'il n'avait "rien à craindre" en agissant ainsi.

 

"Ils m'ont dit que le radar flashait par l'avant, alors que ma plaque d'immatriculation se trouve à l'arrière", a confessé le prévenu à l'audience. "C'est vrai que j'aurais dû me méfier qu'un jour ou l'autre, les gendarmes allaient m'attendre derrière le radar..." Sa tenue vestimentaire - toujours la même - avait effectivement été repérée par les militaires. Les gendarmes avaient fini par se déplacer sur les lieux pour le flasher... par l'arrière cette fois !  

 

Lors de son procès, le substitut du procureur a ainsi réclamé une amende de 250 € envers le prévenu, et deux mois de suspension de son permis de conduire. Le représentant du ministère public a aussi demandé au tribunal de ne lui restituer sa moto qu'une fois réglés ses frais de gardiennage, de l'ordre de 600 €. Le motard devra aussi s'acquitter de la quarantaine de contraventions pour excès de vitesse qu'il avait cru éviter.

 

Le tribunal de police rendra son jugement le 13 octobre prochain. GF (PressPepper)

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA