Actualités Faits divers 

6 janvier 2016 à 5h54 par Anthony MARSAIS

Le gardien de la déchetterie de Gorges condamné pour "vol" de métaux

Il récupérait des métaux et les revendait pour améliorer son train de vie.

RCA
Crédit: -

Un gardien de la déchetterie de Gorges a été condamné mardi à une amende de 1.000 € par le tribunal correctionnel de Nantes, pour avoir "volé" puis revendu pendant neuf ans des métaux déposés dans les bennes de la communauté de communes de la Vallée de Clisson.

 

L’individu - actuellement en arrêt-maladie - devra en outre rembourser 3.000 € à son employeur, qui attendait ce jugement pour pouvoir engager à son tour une procédure disciplinaire interne contre cet agent déjà sanctionné pour ses "difficultés relationnelles". Il devra également lui verser 800 € supplémentaires pour ses frais de justice.

 

Ces sommes restent toutefois bien en-deçà de celles réclamées par la communauté de communes, pour qui son agent avait gagné indûment "32.000 €" entre 2006 et 2015. Mais le tribunal correctionnel a estimé que les six premières années étaient désormais prescrites, et n'a pas retenu la même base de calcul pour les trois dernières.

 

IL SE VANTAIT AUPRES DE SES COLLEGUES DE "DOUBLER SON SALAIRE"

 

L'affaire avait débuté le 18 juillet dernier, quand ce fonctionnaire de 57 ans avait été surpris par Gérard Esnault. Le maire de Boussay et vice-président de la communauté de communes, qui était allé porter plainte, avait alors raconté aux gendarmes que cet habitant du Pallet se vantait auprès de ses collègues de "doubler son salaire" avec cette pratique.

 

La communauté de communes de la Vallée de Clisson était également intriguée par la différence de chiffre d'affaires entre la déchetterie de Gorges et les trois autres du territoire intercommunal - différence qui était jusqu'alors mise sur le compte de "vols" de Roms ou de gens du voyage.

 

Les gendarmes avaient par la suite pris le prévenu en flagrant délit, alors qu'il transvasait des métaux d'un véhicule de fonction vers son véhicule personnel. Une "déchetterie bis", avec de nombreux métaux et batteries de voitures, avait ensuite été retrouvée dans les dépendances de sa maison, selon l'avocat de la communauté de communes.

 

Cet ancien éboueur - jusqu'alors inconnu de la justice - avait alors expliqué revendre cuivre et laiton auprès d’une entreprise de recyclage, car il se trouvait "mal payé".

 

"IL A CONFONDU LE ROLE DE GARDIEN DE BUT ET RAMASSEUR DE BALLES"

 

"Je ne prenais pas les métaux dans les bennes : c'était les gens qui me les donnaient directement", a souligné le gardien de déchetterie, mardi au tribunal, pour rejeter les accusations de "vol" au préjudice de son employeur. "Et, si je ne les prenais pas moi-même, ils auraient de toutes manières été volés." "Un gardien, c'est pourtant quelqu'un qui est censé garder quelque chose ?", lui a fait remarquer le président du tribunal.

 

"Pour filer la métaphore footballistique, monsieur a confondu le rôle de gardien de but et de ramasseur de balles", a lui raillé Me Bertrand Vendé, l'avocat de la communauté de communes. "A l'écouter, c'est presque à l'insu de son plein gré que les métaux des particuliers tombaient dans son véhicule de fonction, puis glissaient dans son véhicule personnel."

 

L'avocat du prévenu, Emmanuel Follope, avait lui relativisé l'importance des sommes détournées, estimant qu'elles étaient "bien inférieures" aux notes de taxi d'Agnès Saal, l'ex-présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), qui aurait dépensé 40.000 € d'argent public en l'espace de dix mois pour ses frais de déplacement./GF (PressPepper)

 

 

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA