Actualités Région 

3 décembre 2014 à 0h00 par La rédaction

Le dealer nantais trahi en garde à vue... par le SMS de son client

Le jeune homme écope de 15 mois de prison ferme. 

RCA
Crédit: -

NANTES, 3 décembre 2014 (PressPepper) - Un Tunisien de 20 ans a étécondamné mercredi à 15 mois de prison ferme par le tribunal correctionnel deNantes, après la découverte en novembre 2013 de 4,6 kg de résine de cannabis etde 17.000 �?� en liquide dans l'appartement qu'il occupait avec un compatriote de16 ans.

R. C. - qui s'est dit étranger au trafic de son colocataire, qui en avaitendossé la responsabilité devant les policiers - avait été trahi en garde à vuepar un SMS d'un client présumé... lui réclamant "de la beuh".

De nombreux smartphones, tablettes et appareils photo numériques volésavaient aussi été retrouvés par les enquêteurs, faisant ressembler leur petittrois-pièces nantais à "une succursale de la Fnac", selon le parquet.Trente mois de prison - avec maintien en détention et confiscation des scellés- avaient donc été requis à l'encontre de ce jeune homme, pourtant jamaiscondamné jusqu'alors pour des affaires de stupéfiants.

"Quand il y a du cannabis placé sous scellés au commissariat, tout lecouloir le sent", argumente la substitut du procureur de la République."Dans le cas présent, le colocataire de M. C. aurait entreposé 4,6 kg derésine dans son placard de vêtements, et lui ne le saurait pas ??? C'est unmensonge, bien évidemment !".

La représentante du ministère public soupçonnait plutôt le jeune mineurd'avoir accepté d'endosser l'entière responsabilité de leur trafic, en misantsur le fait qu'un juge pour enfants serait plus clément à son encontre.

"On peut toujours faire valoir la théorie de l'iceberg, en se disantque ce que l'on voit n'est que la partie émergée du trafic, mais dans ce cas ilva alors falloir revoir la jurisprudence de votre tribunal", ironise MeFranck Boëzec, l'avocat du prévenu, qui rappelle que des peines plus clémentesque les réquisitions sont en général prononcées "pour des quantités bienplus importantes et des organisations bien plus structurées".

Le tribunal correctionnel de Nantes a finalement condamné son client pourla simple "détention de stupéfiants" et une "complicité" detrafic. Compte-tenu des douze mois de détention provisoire qu'il a déjàeffectués, R. C. restera encore trois mois derrière les barreaux.Neuf mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve supplémentaires ontété ajoutés à sa peine de prison ferme./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL -Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peutêtre reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de laSARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par lesarticles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'àdeux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA