Actualités Faits divers 

16 mars 2016 à 9h20 par Anthony MARSAIS

Le Castelbriantais perd son pistolet à la gare de Nantes... et demande l'aide des policiers

L'individu, présenté comme schizophrène, était autorisé à détenir cette arme chargée à blanc. Mais pas sur la voie publique.

RCA
Crédit: -

Le tribunal correctionnel de Nantes a interdit mardi à un habitant de Châteaubriant de porter une arme pendant deux ans, après que les policiers aient retrouvé un pistolet de calibre 9 mm et une boîte de cinquante cartouches dans un sac à dos qu'il avait perdu à la gare de Nantes.

 

L’individu, âgé de 36 ans, avait lui-même signalé aux policiers le 24 septembre dernier la perte de ce sac, qui l'avaient retrouvé entre-temps et qui l'ont donc placé en garde à vue dans la foulée. A l'époque sans domicile fixe, il vivait alors dans une auberge de jeunesse, et avait acheté ce revolver "pour se défendre" dans la rue : le prévenu se croyait en effet "menacé" par certaines de ses connaissances, alors qu'il revenait d'un séjour en Martinique.

 

A l'audience, il a expliqué être bénéficiaire de l'Allocation pour adulte handicapé (AAH) en raison de sa "schizophrénie". "Ce n'est pas rassurant de vous savoir en auberge de jeunesse, en compagnie de jeune filles, quand on connaît vos troubles psychologiques et le fait que vous étiez armé", a commenté le président du tribunal correctionnel.

 

L'enquête a toutefois permis d'établir que le revolver en question ne pouvait que tirer des balles à blanc, et qu'il avait été acheté en règle chez un armurier. Son détenteur n'avait simplement pas le droit de le porter sur la voie publique.

 

La peine s'avère au final conforme aux réquisitions du ministère public, pour cet homme jusqu'alors inconnu de la justice, qui est reparti vivre chez sa mère depuis les faits./GF (PressPepper)

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA