Actualités Région 

7 mai 2015 à 0h00 par La rédaction

La Haye-Fouassière : furieux d'être viré, l'ouvrier falsifie le chèque de son patron !

<p>Il écope d'un mois de prison ferme.</p>

RCA
Crédit: -

NANTES, 6 mai 2015 (PressPepper) - Un habitant de la Haye-Fouassière a étécondamné mercredi en son absence à un mois de prison ferme par le tribunalcorrectionnel de Nantes, pour avoir falsifié en mai 2012 le chèque du patronqui venait de mettre fin à sa période d'essai... après deux jours de travail.

Recruté en CDD par une entreprise de couverture à Nantes, Sébastien*, 31ans, était en effet venu travailler deux jours à l'entreprise, puis s'étaitabsenté pendant quatre jours "pour aller à des obsèques"... Une"excuse bidon" pour son nouveau patron, qui lui avait dit que cen'était pas la peine de revenir. 

Le gérant de l'entreprise de couverture lui avait néanmoins fait un chèquede 150,40 �?�, en règlement de ses deux jours de salaire. "Vexé", selonles déclarations qu'il a faites aux gendarmes, le prévenu avait alors rajoutéun "1" devant la somme indiquée... et avait ainsi encaissé à labanque un chèque de 1.150,40 �?� !

La supercherie avait été bien vite démasquée par le patron, qui avait alorsporté plainte contre son ancien ouvrier. Celui-ci s'était ainsi vu proposer derembourser sa victime dans les six mois, dans le cadre de poursuitesalternatives qui lui évitaient de passer au tribunal... Il n'avait, pourautant, jamais réglé les sommes dues.

Mercredi, le substitut du procureur de la République avait donc réclamé 80jours-amende à 5 �?�, pour ce prévenu condamné trois fois par le passé pour desdélits routiers. Autrement dit, cela revenait à lui infliger une amende de 400�?� à régler sous 80 jours, sans quoi il devrait purger les jours non payésderrière les barreaux.

L'intéressé n'ayant pas retrouvé d'emploi depuis ce CDD avorté (!), letribunal correctionnel de Nantes lui a épargné une sanction financière,préférant lui infliger cette peine de prison ferme. Il devra malgré toutrembourser les 1.000 �?� volés à son ex-patron, et lui verser 150 �?� pour sonpréjudice moral./GF (PressPepper)

*Prénom d'emprunt

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA




LE SUPPLÉMENT




CONTACTER LA REDACTION