Actualités Région 

2 novembre 2014 à 23h00 par La rédaction

La Haie-Fouassière : l'escroc trompe sa femme, elle le dénonce aux gendarmes

Il écope de 18 mois de prison ferme.

RCA
Crédit: -

NANTES, 3novembre 2014 (PressPepper) - Deux ans de prison - dont dix-huit mois fermes -ont été prononcés lundi par le tribunal correctionnel de Nantes à l'encontred'un homme de 37 ans, qui avait dépensé 30.000 �?� en deux mois dans des magasinsde la région après s'être fait remettre des chéquiers sous de faussesidentités.

Stéphane F.- déjà condamné par le passé à dix-sept reprises en l'espace de dix-huit ans -avait été dénoncé le 7 juillet dernier par sa compagne, furieuse qu'il l'aittrompée... L'homme était alors déjà dans le collimateur de la justice depuisune semaine, après la découverte d'un pistolet automatique, d'un chargeur et decartouches dans la maison où il vivait, le temps de sa brouille conjugale, àDerval (Loire-Atlantique).

Lesgendarmes avaient ainsi retrouvé  deux fausses cartes nationalesd'identité chez sa compagne, qui l'héberge à La Haie-Fouassière. Ces documents,qui avaient été fabriqués avec une banale imprimante à jet d'encre, leuravaient permis de remonter à des "escroqueries" signalées par leursvictimes trois ans plus tôt.

Al'audience, Stéphane F. a affirmé que ces fausses cartes - qui comportaient saphoto avec un nom et une adresse fantaisistes - avaient été achetées"2.500 �?' à de prétendus "Parisiens" connus en détention.Elles lui avaient servi pour ouvrir deux comptes bancaires aux agences Sociétégénérale et LCL de Saint-Herblain.

PAPA D'UNENFANT DEPUIS LA VEILLE

Avec leschéquiers, cet ancien intérimaire de l'entrepôt Lidl de Sautron avait achetédes téléviseurs, du matériel de bricolage, des consoles de jeu et même dumatériel de plongée, qu'il s'était empressé de revendre. Il avait ainsiescroqué par exemple le magasin Ornella'C deSaint-Jean-de-Monts (Vendée), la parfumerie Douglas de la Baule ou encorel'hypermarché Auchan de Trignac.

"C'estbête ce que j'ai fait... Mais il faut que vous me donniez une chance, rien quepour mon fils, qui est né hier", supplie ce bénéficiaire du RSA, pèred'une petite fille de 3 ans, qui a donc eu un deuxième enfant avec la compagnequi l'a dénoncé... "Il faut que je m'en sorte, pour lui donner une viecorrecte."

"Ilavait déjà sa fille aînée au moment des faits, et ça ne l'a pas empêché depasser à l'acte", rétorque le procureur, qui avait requis trente mois deprison - dont neuf avec sursis et mise à l'épreuve - à son encontre.

Lereprésentant du ministère public avait aussi rappelé les lourdes peines dont ilavait déjà écopé, comme celle à cinq ans de prison après une condamnation pour"violences aggravées" aux Sables d'Olonne (Vendée).

Stéphane F.,qui a été maintenu en détention, aura également pour obligation de travailleret d'indemniser les victimes dans les deux ans qui suivent la fin de sa peine,s'il ne veut pas voir sa partie avec sursis révoquée. Le tribunal correctionnelde Nantes l'a maintenu en détention à l'issue de son procès./GF (PressPepper)

 

© 2014PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dansce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit etpréalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctionsprévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriétéintellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA