Actualités Faits divers 

24 juin 2015 à 8h15 par Anthony MARSAIS

L'Audi A3, volée à Nantes, avait été retrouvée un an plus tard... à Madrid !

Il aura traversé la France et l'Espagne avec une voiture volée, sans se faire inquiéter... Un étudiant était jugé ce mardi pour avoir piqué les clés d'une Audi lors d'une soirée en discothèque à Nantes. Un véhicule retrouvé un an plus tard à 1 000 kilomètres !

RCA
Crédit: - La voiture, volée à Nantes, et retrouvée à... Madrid !

NANTES, 23 juin 2015 (PressPepper) - Un étudiant lavallois a été condamné mardi à un mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes, pour avoir volé un manteau au vestiaire d'une discothèque nantaise... puis être reparti au volant d'une Audi A3, dont les clés de contact se trouvaient dans une poche.

Ce jeune homme de 24 ans devra également verser au propriétaire de la voiture 4.800 € pour son préjudice matériel, 1.000 € pour son préjudice moral et 900 € pour ses frais d'avocat. Une somme finalement bien inférieure aux demandes de la victime, qui réclamait au tribunal 8.900 € de préjudice matériel, 6.000 € pour son préjudice moral et 1.000 € pour les frais de justice.

Le vol de son Audi A3 s'était produit en décembre 2013, sur le parking du LC Club. Mais la voiture n'avait finalement été retrouvée qu'un an plus tard, quelque peu abîmée, par la police municipale de Madrid : l'étudiant lavallois passait alors un semestre en Espagne, dans le cadre d'un partenariat de son école de commerce nantaise avec une université locale. "Cela montre qu'on peut rouler longtemps avec une voiture volée sans se faire remarquer", a soupiré à l'audience le président du tribunal correctionnel de Nantes.

Devant les policiers, le prévenu avait ainsi d'abord affirmé que le véhicule lui avait été "loué", de façon informelle, par sa victime... Mais il avait finalement assez vite reconnu les faits. A l'audience, il n'a pas pu trop s'expliquer sur son geste, étant arrivé en retard à son procès pour cause d'examens.

Plutôt qu'une peine de prison avec sursis, la substitut du procureur avait requis, pour sa part, 2.000 € d'amende à l'encontre du prévenu, en plus des dommages et intérêts que lui demandait sa victime./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA