Actualités Région 

1er mars 2015 à 23h00 par La rédaction

Ivre, il fracasse une chaise chez sa compagne et insulte les gendarmes de Vallet

Il avait déjà été condamné pour des violences sur sa compagne début janvier.

RCA
Crédit: -

NANTES, 3 mars 2015 (PressPepper) - Un homme de 42 ans a été condamné lundià 105 heures de travail d'intérêt général par le tribunal correctionnel deNantes, pour des "dégradations volontaires" chez sa compagne en mars2014 et des "outrages" sur les gendarmes de Vallet qui l'avaientinterpellé dans la foulée.

M. V. de O. - qui a eu une fille avec sa victime il y a un an - avaitlittéralement fracassé une chaise et le téléphone portable de Cécile G., alorsqu'il était en état d'ivresse, après une dispute conjugale. C'est finalementune voisine, "effrayée" par les "hurlements" du fils de lavictime, qui avait alerté les gendarmes.

"Petite merde", "espèce de connard" ou"salope", avait alors lancé le prévenu à l'arrivée des militaires,qu'il avait d'abord refusé de suivre. Emmené manu militari, l'homme - déjàcondamné à sept reprises pour des délits en lien avec l'alcool - s'était aussimontré "désagréable et arrogant" une fois rendu à la gendarmerie.

"Il n'y a plus rien qui rappelle une chaise", avait ainsisouligné la substitut du procureur de la République, pour souligner la violencedes dégradations commises chez sa compagne. "Ce n'est plus une chaise,c'est un kit... Elle a été complètement explosée", convient leprésident du tribunal correctionnel de Nantes.

Les gendarmes qui avaient été insultés s'étaient également déplacés àl'audience, pour faire prendre conscience au prévenu des"conséquences" de son alcoolisation massive. "Des gendarmes quiportent plainte pour outrage, c'est rare, mais il y en a encore moins quiviennent à l'audience", avait d'ailleurs insisté la substitut du procureurde la République dans ses réquisitions, qui ont été suivies à la lettre par letribunal.

L'homme avait déjà été condamné le 6 janvier en comparution immédiate àquatre mois de prison ferme, pour des "menaces de mort" et des"violences aggravées" sur sa compagne le 3 décembre. Un mandat dedépôt avait alors été prononcé  par le tribunal correctionnel, alorsque le parquet n'en avait pas demandé./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA