Actualités Faits divers 

12 octobre 2015 à 14h31 par Anthony MARSAIS

Grand-Auverné : BMW confisquée pour l'automobiliste arrivé alcoolisé chez les gendarmes

Il avait bu toute la nuit avant de se présenter l'après-midi chez les gendarmes.

RCA
Crédit: -

L'automobiliste de Grand-Auverné qui avait été jugé le 5 octobre pour s'être présenté en état d'ivresse à une convocation de la gendarmerie, a écopé lundi d'un mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Nantes, qui a décidé de lui faire purger cette peine sous bracelet électronique.

 

Ce jeune homme de 23 ans était en effet convoqué le 12 juillet 2014 à la gendarmerie de Châteaubriant pour une affaire de "violences avec arme", mais les militaires s'étaient rapidement aperçus qu'il sentait l'alcool. Les contrôles effectués avaient confirmé qu'il s'était rendu en voiture à leur convocation... alors qu'il avait 0,9 g d'alcool par litre de sang.

 

Le tribunal correctionnel de Nantes a décidé au passage de lui confisquer sa BMW, et de lui interdire de repasser les épreuves du permis de conduire pendant quatre mois.

 

Lors de l'audience, le parquet avait requis deux mois de prison ferme pour ce jeune homme déjà condamné à sept reprises - et actuellement sous bracelet électronique pour avoir refusé de s'arrêter à un contrôle de gendarmerie -, mais aussi réclamé une suspension de son permis de conduire pendant huit mois et 800 € d'amendes.

 

Devant les gendarmes, le jeune homme avait expliqué avoir "bu toute la nuit avec des copains jusqu'à 10h du matin", avant de venir à la gendarmerie en début d'après-midi.

 

Aux services du tribunal, il avait expliqué son absence à son procès par le fait qu'il pensait "ne plus avoir de trams-trains" pour rentrer après l'audience./GF (PressPepper)

 

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA