Actualités Faits divers 

13 mai 2016 à 6h30 par Anthony MARSAIS

Gorges : ivres "depuis trois ou quatre jours", les deux amoureux se tapent dessus

« Cette femme, je l'aime » a pourtant expliqué le prévenu durant l’audience…

RCA
Crédit: -

Un habitant de Gorges a été condamné jeudi à quatre mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes, pour avoir frappé sa femme à deux reprises à six mois d'intervalle, en mai et décembre 2015, alors que tous deux étaient en complet état d'ivresse. 


 


Les juges ont également imposé à cet homme de 32 ans une mise à l'épreuve de deux ans : il sera désormais obligé de continuer les soins qu'il a entamés jusqu'alors de sa propre initiative, s'il ne veut pas repartir en prison.


 


Le 24 mai, sa compagne avait en effet appelé les gendarmes à 2h du matin, alors qu'elle portait des traces de coups sur le visage et qu'il y avait des taches de sang sur leur matelas. "On était bourrés depuis trois ou quatre jours... A un moment, elle a dit un truc sur ma mère, ça ne m'a pas plu et je lui ai sorti une moufte", a tenté d'expliquer le prévenu. "Je le regrette énormément", a-t-il ajouté. "J'ai toujours assumé mes conneries, même si je n'en suis vraiment pas fier."


 


"AUJOURD'HUI, ON S'AIME, ON A ENVIE DE RESTER ENSEMBLE"


 


Le prévenu avait néanmoins recommencé le 17 décembre : il avait mis sa compagne dehors, pieds nus, alors qu'elle portait à nouveau des traces de coups et de griffures au visage. Celle-ci avait dû casser une vitre pour rentrer chez elle, toutes les portes étant verrouillées. Mais, cette fois-ci, elle était "tombée" et se serait "cognée toute seule", selon lui.



Les gendarmes, qui avaient de nouveau été appelés à la rescousse, n'étaient pas vraiment de cet avis : traités de "bande de bâtards" par l'individu, ils avaient dû se mettre à cinq sur lui pour le maîtriser.



"C'est vrai que j'ai un trouble de la personnalité : quand je bois, je deviens agressive", l'a néanmoins excusé la victime, qui a repris depuis la vie commune avec le prévenu. "Mais aujourd'hui on s'aime et on a envie de rester ensemble."



"Cette femme, je l'aime... C'est la seule que je n'ai jamais aimée", a confirmé cet ancien polytoxicomane, devenu alcoolique après s'être sevré des drogues il y a six ans. L'homme, placé sous curatelle renforcée, a également révélé qu'il avait été dans son enfance battu par son père à "coups de pelle dans les genoux" et de "coups sur la tête"./GF (PressPepper) 

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA