Actualités Région 

2 juin 2015 à 0h00 par La rédaction

Double home jacking à Machecoul : travail d'intérêt général pour les deux jeunes

<p>La porte d'entrée de la maison n'était pas verrouillée !</p>

RCA
Crédit: -

NANTES, 1er juin 2015 (PressPepper) - Deux jeunes de 18 et 19 ans jusque-làinconnus de la justice ont été condamnés lundi à 70 et 105 heures de travaild'intérêt général (TIG) par le tribunal correctionnel de Nantes, pour un doublehome jacking commis dans la nuit du 27 au 28 janvier dernier à Machecoul.

Ils étaient venus cette nuit-là de Saint-Sébastien-sur-Loire en compagnied'un troisième complice, encore mineur. Alors que le premier faisait le guet,les deux autres avaient pénétré dans la maison de leurs victimes, pendant leursommeil, et s'étaient emparés des clés de voiture trouvées dans les poches desblousons accrochés à un porte-manteau dans le couloir de l'entrée. Ils étaientalors repartis avec la voiture de la propriétaire de la maison, mais aussicelle de sa fille !

A l'audience, les deux jeunes majeurs ont expliqué être entrés "parhasard" dans cette maison, alors que le secteur de Machecoul leur étaitparfaitement inconnu.

"On avait d'abord essayé une première maison, en appuyant sur lapoignée de porte, mais elle était fermée... Dans celle-ci, les portes n'étaientpas verrouillées", a expliqué l'un des jeunes. Décrit comme le"meneur" du trio, il avait ramené une des deux voitures sur Nantes...bien qu'il n'ait jamais eu le permis de conduire.

"Vous êtes tombés sur l'une des rares maisons dont les portes restentouvertes la nuit... On a du mal à croire qu'il ne s'agit que decoïncidences", lui objecte le président du tribunal correctionnel deNantes. "C'était loin de chez nous, on avait peut-être moins de chances dese faire attraper", maintient le jeune homme à la barre.

Il avait finalement été interpellé trois jours plus tard sur Nantes auvolant du véhicule, qu'il comptait pourtant "abandonner", dit-il à labarre du tribunal correctionnel de Nantes. La voiture avait été rendue à sapropriétaire avec le pare-brise fendu, tandis que l'autoradio avait été volédans celle de sa fille.

"Ses parents ont entamé une procédure de divorce, et il a raté son bacl'année dernière... Ce n'était qu'un mauvais passage", plaide l'avocate dece lycéen en terminale scientifique, qui a longtemps joué du violon. L'avocatde son complice a également souligné "l'amateurisme", le "dés�?uvrementpassager" et l'"immaturité" des prévenus pour solliciter laclémence du tribunal à leur encontre./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA