Actualités Faits divers 

16 septembre 2015 à 6h50 par Anthony MARSAIS

Corcoué-sur-Logne : l'ex-champion de moto jugé pour "viols" sur deux stagiaires

Le prévenu, patron d'une école de pilotage à Corcoué, nie les faits. Il admet simplement des massages sur les jeunes filles.

RCA
Crédit: -

La cour d'assises de Loire-Atlantique juge depuis mardi un ancien champion de moto, accusé de "viols" et "agressions sexuelles" entre 2006 et 2008 sur une ancienne élève de son centre de pilotage, à Corcoué-sur-Logne.


 


Le prévenu est une figure connue du monde de la moto, pour avoir terminé sur le podium du Paris-Dakar dans les années 80. Reconnu pour sa "compétence" et son "charisme", lui nie totalement tout "viol" ou "agression sexuelle" sur ses élèves.


 


La principale victime affirme qu'elle avait commencé à se faire "masser pour soigner son mal de dos", sur ses vêtements puis ses sous-vêtements. La jeune bordelaise, âgée aujourd'hui de 24 ans, avait également fait état d'une "fellation" imposée lors d'un déplacement à La Tremblade (Charente-Maritime), et de "très nombreuses pénétrations digitales".


 


"CICATRICE SOUS LES TESTICULES"


 


L'adolescente avait également affirmé que le suspect, âgé aujourd'hui de 62 ans, la "regardait quand elle allait uriner", et qu'il lui avait aussi demandé de "courir nue dans les bois". Selon elle, les faits se passaient dans le camion 19 tonnes de la "Team" ou dans le chalet du centre de pilotage de Corcoué-sur-Logne, alors qu'elle venait s'y entraîner pratiquement tous les week-ends et durant ses vacances scolaires.


 


Pour appuyer ses propos, elle avait également révélé aux gendarmes un détail troublant : l'existence d'une "cicatrice de 4-5 cm sous les testicules" du prévenu, ce qui a été confirmé par une expertise médicale. La jeune femme avait aussi expliqué ne pas avoir osé arrêter à l'époque ses cours de moto de compétition, compte-tenu des coûts d'inscription déboursés par ses parents (30.000 €).


 


La jeune femme avait finalement cessé de fréquenter le centre de pilotage, en raison des nouveaux coûts d'inscription réclamés (60.000 €). Rongée par la "culpabilité", selon une enquêtrice, sa mère s'était finalement suicidée peu après la révélation des faits.


 


VERDICT VENDREDI


 


Au cours de l'enquête, une autre ancienne stagiaire du centre avait aussi fait état d'attouchements ou de "comportements déplacés", mais sans qu'il n'y ait viols pour autant.


 


Pour sa défense, le patron de l’école de pilotage a justifié les accusations de la principale victime par sa "jalousie" et sa volonté de "vengeance", pour n'avoir "jamais accepté de ne plus être dans l'école de compétition". Celles de la seconde partie civile s'expliqueraient par le fait qu'elle ait voulu "soutenir son amie".


 


Au final, l'ancien champion de moto - dont le casier judiciaire est vierge - a simplement admis avoir "fauté", en pratiquant des messages sur les deux victimes alors qu'elles étaient nues, "mais uniquement dans un but de récupération physique".


 


Les jurés de la cour d'assises rendront leur verdict à son encontre vendredi./GF (PressPepper)


 


 


© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA