Actualités Région 

30 septembre 2014 à 22h00 par La rédaction

Châteaubriant : mutée dans un service de nuit, l'aide-soignante attaque l'hôpital

Le rapporteur public, à l'audience ce matin, a pris position en faveur du centre hospitalier. 

RCA
Crédit: -

NANTES, 1er octobre 2014 (PressPepper) - Une aide-soignante du centrehospitalier de Châteaubriant (Loire-Atlantique) a attaqué mercredi matin sonemployeur devant le tribunal administratif de Nantes, après avoir été mutéecontre son gré dans un service qui lui imposait des horaires de nuit.

Isabelle Dupré, qui travaillait depuis 1984 en hôpital de jour, avait eneffet été affectée en janvier 2012 au service des "soins de suite"par le directeur de l'établissement. Elle avait bien tenté de contester sa décisionaussitôt après, mais sa procédure d'urgence avait été rejetée par le mêmetribunal.

Le juge des référés avait estimé, à l'époque, que cette mutation n'étaitqu'une simple "mesure d'ordre intérieur" de l'administrationhospitalière, et non pas une sanction déguisée à l'encontre de la requérante.

Lors de l'audience sur le fond, ce mercredi matin, le rapporteur public asuivi le même raisonnement, et a préconisé de rejeter la demande del'aide-soignante d'être réaffectée en hôpital de jour. La requérante réclameégalement 1.500 �?� à la direction du centre hospitalier de Châteaubriant pourses frais de justice.

"Il ne ressort pas des pièces du dossier que son affectation a eu desconséquences pécunières sur sa situation, puisqu'elle gagnera davantage à travailleren soirée", a argumenté le magistrat, dont les avis sont suivis la plupartdu temps par les juges administratifs. Il a également contesté le fait que lechangement d'horaires soit une entorse aux "prérogatives statutaires"de cette fonctionnaire.

Le tribunal administratif de Nantes, qui a mis son jugement en délibéré,rendra sa décision dans les semaines à venir./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA