Actualités Pays-de-la-Loire 

29 mars 2016 à 19h15 par Simon Bouyer

Au lycée des Bourdonnières, "la ruche est pleine !"

Un lycée qui va "craquer" ! Voilà ce qu'il était possible de lire sur des banderoles ce mardi midi au lycée des Bourdonnières à Nantes. Des banderoles qui garnissaient le pique-nique organisé par le Collectif Bourdonnières Parents-Elèves-Personnels. Une action "symbolique", souligne Bernard Viaud Président du collectif, pour dénoncer le phénomène de sureffectif qui gangrène la vie au sein de l'établissement.

RCA
Crédit: -

L’ouverture d’une seizième classe de seconde la rentrée prochaine, voilà « la goutte d’eau qui fait déborder le vase ». Tandis que le lycée des Bourdonnières est déjà victime de son succès, l’établissement pourrait compter près de 300 élèves supplémentaires d’ici trois ans. Une situation impensable pour le collectif Parents-Elèves-Personnels mené par son Président Bernard Viaud.

 

Les revendications du collectif.

Écouter Les revendications du collectif

 


Le pique-nique… Nouvelle mode aux Bourdonnières ?

Un sureffectif qui effraye les parents comme le personnel du lycée. En effet, à la base les Bourdonnières ont une capacité de 1 500 places. Le chiffre d’inscrits cette année ? 1 870 élèves. Cette situation, Bernard Viaud l’a dénonce par le biais de ce pique-nique. « Notre objectif aujourd’hui est de montrer ce qui pourrait se passer dès l’année prochaine. Chaque élève serait obligé d’amener un pique-nique pour manger. Il n’y a donc plus de place pour les accueillir dans des conditions suffisantes le midi. »

 
« Le self et le sport ce sont les pires ! »

Du côté des élèves, le ras le bol se fait sentir. Ugo Thomas, représentant des élèves au Conseil d’administration ne cache pas son inquiétude : « On en a marre. On est déjà en sureffectif et on nous annonce cette augmentation. Personnellement je suis en Seconde, et je n’ose même pas imaginer la Terminale ! » Un sureffectif qui dégrade même les conditions de vie des élèves. Ugo poursuit : « En sport, certains n’ont jamais eu de cours au sein de notre gymnase, du fait du trop grand nombre d’élèves. » Pour d’autres, le self est synonyme de véritable parcours du combattant. Robin nous explique : « On est obligé de courir pour avoir un repas. Si tu n’es pas pressé tu ne manges pas ! ». Certains ont par ailleurs trouvé la parade aux longues files d’attentes du self. Une élève de la nouvelle classe de BTS Transport et Prestation logistique raconte quant à elle : « Chez nous les élèves privilégient les supermarchés, ou les fast-food du coin plutôt que le self. »

 
Un personnel constamment sous pression

A l’image de Chantal, employée à la restauration, le quotidien du personnel du lycée est « stressant ». Elle détaille : « C’est la pression nerveuse qui nous fatigue. ». Selon elle le lycée a enregistré près de 500 nouveaux élèves depuis 2008, sans aucune création de poste au sein du personnel.

 

Xavier Provot, professeur de mathématiques, raconte le quotidien aux Bourdonnières.

[son2]

 

D’autres actions sont à prévoir.

Des réponses, le collectif des Bourdonnières Parents-Elèves-Personnels tentera d’en avoir auprès de l’Académie et du Conseil Régional lors de la réunion prévue lundi 4 avril à 18h30 à l’intérieur du lycée. Bernard Viaud prévient « Si nous n’avons pas des réponses en conséquence, la rentrée prochaine ne pourra pas se faire, et d’autres actions seront à prévoir. »

 

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA