Actualités Pays-de-la-Loire 

14 novembre 2015 à 8h00 par Valentin Esteve

Attaques à Paris : ce qu'il faut retenir

Plusieurs attaques ont été perpétrées simultanément vendredi soir dans la capitale. L'attentat le plus meurtrier de l'histoire de France, revendiqué par Daesh.

RCA
Crédit: Photo : Twitter @Elysee - Un conseil des ministres extraordinaire s'est tenu au milieu de la nuit

Les faits.

Tout a commencé aux alentours de 21h30. Plusieurs fusillades éclatent dans le 10ème et 11ème arrondissement de Paris. Dans le même temps, deux explosions sont entendues proche du stade de France, où se joue la rencontre France-Allemagne (il s’agirait là d’un kamikaze). Peu de temps après, on apprend que François Hollande et Bernard Cazeneuve, qui assistaient à ce match, ont été évacués, et tiennent une réunion de crise place Beauvau.

La salle de spectacle du Bataclan est également prise pour cible. Selon des témoins cités par BFMTV, plusieurs hommes armés auraient ouvert le feu à la mitraillette dans la salle, avant de retenir en otages les spectateurs venus voir le concert du groupe américain Eagle of Death Metal. 

 

Un bilan très lourd.

Au fil des heures, le nombre de victimes va lourdement augmenter. Très rapidement, il est évoqué 35 morts et plusieurs dizaines de blessés. Un bilan revu à la hausse peu après 1h du matin, après l’assaut du Raid dans le Bataclan. Ce samedi après-midi, le bilan provisoire fait donc état de 128 morts, 250 blessés dont 80 en "urgence absolue". 8 assaillants auraient été tués, mais des recherches vont continuer pendant plusieurs heures afin de retrouver d’éventuels complices. La police et la mairie de Paris demandent par ailleurs aux Parisiens de ne pas sortir de chez eux jusqu’à nouvel ordre.

 

L'enquête à commencé.

Une enquête qui s'annonce longue est compliquée, notamment par le nombre d'assaillants qui s'élèverait à 8. L'un des tireurs du Bataclan a été identifié ce samedi : il s'agirait d'un français, jeune, déjà connu des services policiers. Des passeports syriens et égyptiens auraient également été retrouvé proche des corps de certains assaillants. Mais aucune confirmation n'a été communiquée.

 

Les mesures prises.

Un conseil des ministres extraordinaire s'est tenu au milieu de la nuit. Plusieurs décisions ont été prises, annonce l'Élysée dans un communiqué :

- l'état d'urgence est décrété dans toute la France

- le contrôle aux frontières est rétabli

- le plan blanc est en marche dans les hôpitaux d'Ile de France
- les écoles, universités et établissements scolaires sont fermés ce samedi

-les manifestations sur la voie publique sont interdites à Paris jusqu'à jeudi

 

Par ailleurs, à Paris, de nombreux lieux publics vont aussi rester clos.

Enfin un numéro "alerte attentat" est en place afin de signaler toute information en lien avec ces attaques : 197. Un numéro vert est aussi en service pour obtenir des informations : 0800 40 60 05.

 

Le président François Hollande s'est exprimé à 11h samedi, annonçant 3 jours de deuil national, et reconnaissant un "acte de guerre commis par Daesh". "J'appelle à une unité indispensable" a déclaré le chef de l'Etat. Daesh a par ailleurs revendiqué cette série d'attaques peu avant midi.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA