Actualités Région 

12 mai 2015 à 22h00 par La rédaction

Accident mortel à Varades : l'étudiant n'avait pas dormi depuis 24 heures

<p>Il écope d'un an de prison avec sursis.</p>

RCA
Crédit: -

NANTES, 13 mai 2015 (PressPepper) - Un an de prison avec sursis a étéprononcé mercredi à l'encontre d'un étudiant d'Anetz, jugé pour avoir tué l'unde ses quatre passagers à Varades le 24 août 2014 alors qu'il s'était endormiau volant après une soirée passée en discothèque à Angers.

Le tribunal correctionnel de Nantes a également annulé le permis deconduire de Kévin*, 21 ans, et lui a interdit de le repasser pendant lesdix-huit mois à venir.

L'accident mortel en question était survenu un dimanche matin, à 7h15, surla RD 723 Nantes-Angers : au volant de la Toyota Corolla de ses parents, leprévenu avait percuté frontalement la camionnette d'un couple de commerçantsambulants, qui roulait en sens inverse et partait travailler sur des marchésprès d'Angers.

NI ALCOOL, NI STUPEFIANTS

La femme du couple avait été grièvement blessée, puisqu'elle avait eu dixmois d'incapacité totale de travail (ITT). L'amie du prévenu, assise àl'arrière, avait également eu douze mois d'ITT suite à ses multiples fractures.Elle a aussi dû renoncer depuis à ses études d'infirmière, ne pouvant plusporter de charges supérieures à 5 kg.

Reconvertie comme auxiliaire de puériculture, la jeune femme a surtoutperdu son petit ami dans l'accident : Florian, 18 ans, est décédé lui lelendemain au CHU, en dépit de ses dix heures passées sur la table d'opération.Décrit comme "très calme et posé" par ses parents, qui habitent Ligné,cet étudiant en BTS Géomètre avait "déjà prévu d'acheter un terrain pourconstruire une maison" avec sa petite amie, selon sa mère.

Ni alcool, ni stupéfiants n'ont été retrouvés dans le sang de Kévin*, leprévenu : "capitaine de soirée", il avait bu juste "unevodka-Red Bull en tout début de soirée". Ce dernier roulait au moment del'accident "à 80 km/h", une version qui n'a pas été contredite parl'expert. "Kévin* ne conduit pas de façon dangereuse, ce soir-là il neconduisait pas comme un fou", confirme sa passagère grièvement blessée.

24 HEURES SANS DORMIR

Mais cet étudiant en bijouterie, jusqu'alors parfaitement inconnu de lajustice, venait de passer vingt-quatre heures sans dormir : il s'était levé laveille à 4h15 pour aller travailler à l'usine Gastronome d'Ancenis, où il avaitdécroché un job étudiant, et n'avait pas fait de sieste dans l'après-midi.

"Je ne peux pas en vouloir à Kévin*, cela aurait très bien pu arriverà Florian", concède la mère de la victime. "L'erreur, c'estl'endormissement... Je ne veux pas l'enfoncer, je vois bien que lui-même a dumal à avancer depuis l'accident."

La substitut du procureur avait requis pour sa part dix-huit mois de prisonavec sursis et une annulation de son permis de conduire. "Il n'a pas prisla peine de se reposer l'après-midi... A 20 ans, on se croit immortel etinvincible, mais au bout de vingt-quatre heures sans sommeil, on anécessairement envie de dormir", souligne la représentante du ministèrepublic. "Reste qu'un homicide involontaire est certainement l'une des plusinfractions les plus difficiles à sanctionner : il est évident que Kévin* nevoulait pas la mort de son ami." /GF (PressPepper)

Ecoutez l'avocate de Kévin*, Maître Eloïse Mahu


*Prénom d'emprunt

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonneme

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA