Actualités Faits divers 

21 octobre 2015 à 7h20 par Anthony MARSAIS

Abbaretz : il menace de mort son voisin après 15 jours de cohabitation

Prison avec sursis et obligation de soins pour ce voisin... impulsif !

RCA
Crédit: -

Un jeune homme de 22 ans a été condamné mardi à deux mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes, pour avoir proféré des "menaces de mort" envers son voisin le 28 août 2014 à Abbaretz, mais aussi pour avoir détenu illégalement un pistolet de calibre 9 mm.

 

Le prévenu, qui habite à présent la commune voisine d'Issé, sera en outre soumis à une mise à l'épreuve pendant deux ans, durant lesquels il aura obligation de soigner son impulsivité et interdiction d'entrer en contact avec sa victime.

 

Le jour des faits, il s'en était en effet pris à son voisin, qui avait eu le malheur de se plaindre auprès de leur propriétaire commun d'une "musique trop forte" et de "la forte odeur d'excréments" de ses chiens, quinze jours après avoir emménagé dans son logement.

 

Le prévenu, qui plantait ce jour-là une clôture, avait alors commencé à faire des gestes menaçants en direction de sa victime avec sa masse. Sa colère avait redoublé quand il s'était aperçu que celle-ci était en train de le filmer. "Je vais te crever, je vais te mettre un coup de fusil", lui avait-il lancé, malgré la présence des gendarmes dépêchés sur place.

 

"Il filmait aussi mon enfant, qui n'avait même pas 1 an... Qui me dit qu'il ne l'aurait pas mis sur internet ?", tente de justifier le prévenu, qui reconnaît avoir eu "un coup de colère" et "avoir un peu pété les plombs" ce jour-là. Le jeune homme - simplement connu de la justice jusqu'alors pour deux délits routiers - a aussi justifié la détention de son pistolet par une "agression" dont il aurait été victime plusieurs années auparavant, alors qu'il se rendait à son travail.

 

Son ancien voisin, qui a déménagé quatre mois après les faits, ne lui a pas demandé de dommages et intérêts à l'audience, mais simplement qu'on le "laisse tranquille" : il reçoit encore aujourd'hui la visite des amis du prévenu, qui passent à vitesse ralentie devant chez lui... Des faits auxquels l'intéressé s'est dit totalement étranger./GF (PressPepper)

 

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA