Actualités Région 

22 septembre 2014 à 0h00 par La rédaction

6 mois de prison ferme après avoir frappé et mordu au visage sa compagne !

Un homme de 32 ans était jugé ce lundi en comparution immédiate.

RCA
Crédit: -

NANTES, 22 septembre 2014 (PressPepper) - Un habitant de Teillé(Loire-Atlantique) a été condamné lundi après-midi à un an de prison, dont sixmois ferme, pour de graves violences conjugales commises le 19 septembredernier à Saint-Vincent-des-Landes sur sa nouvelle compagne... rencontrée unmois plus tôt.

L. M., 32 ans, avait d'abord donné un coup au visage de M. C., pour unmotif futile, alors que tous deux rentraient chez elle après une soirée passéeà l'extérieur... L'homme - sous l'emprise de l'alcool et de ses antidépresseurs- lui avait ensuite violemment mordu la joue.

"J'ai cru qu'il allait m'arracher une partie du visage", a ditaux gendarmes la victime, qui n'était pas présente à l'audience. "J'avaisl'impression qu'il ressentait un immense plaisir à faire ce qu'il mefaisait."

Ce père de deux fillettes de 5 et 8 ans, nées d'un précédent mariage, luiavait ensuite "saisi les cheveux pour lui relever la tête". Ill'avait aussi menacée de la "tuer" à plusieurs reprises, alors qu'ilavait un couteau en main. En dernier lieu, l'homme avait adressé une"gifle monumentale" à sa victime... avant de s'endormir sur elle.

Celle-ci n'avait ensuite pas bougé pendant de longues minutes, de peur queson calvaire ne reprenne, avant de s'extirper doucement et d'alerter lesservices de gendarmerie... Son nouveau compagnon - qui dit "se souvenir derien" devant le tribunal correctionnel de Nantes - lui avait alors envoyévingt SMS vers 3h du matin.

"JE VOULAIS M'EXCUSER"

"Je voulais savoir où elle était", a expliqué L. M. à laprésidente de la chambre des comparutions immédiates. "J'avais bien vu ceque j'avais fait... Je voulais savoir comment elle allait, et m'excuser."

Le substitut du procureur de la République avait réclamé douze mois deprison, dont quatre avec sursis et mise à l'épreuve, pour ce chauffeur d'enginsagricoles en CDI dans une entreprise de Teillé. Celui-ci, qui s'était déjàprésenté ivre à son travail, se serait aussi livré à du "harcèlementsexuel" sur l'une de ses collègues.

"On n'est pas sur de petites violences conjugales : on a déjà passé unou deux caps", considérait le magistrat du ministère public, alors quel'homme avait déjà été condamné à plusieurs reprises pour des délits mineurs.

Son avocat avait lui plaidé pour une peine de prison avec sursis et et une"très stricte" mise à l'épreuve pour son client. Il réclamaitnotamment une obligation de soins afin de traiter son problème d'alcool."Dès que je bois, je n'arrive plus à me contrôler", avait d'ailleursreconnu le principal intéressé à l'audience.

Le prévenu a été maintenu en détention par le tribunal correctionnel deNantes "compte-tenu de la gravité des faits". Il aura pour obligationde suivre des soins et aura pour interdiction d'entrer en contact avec savictime pendant trois ans, s'il ne veut pas voir sa peine de prison avec sursisrévoquée./GF (PressPepper)

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informationscontenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans leconsentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenants'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code dela Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA