BretagneFaits diversPays-de-la-LoireRégion

30 novembre 2022 à 11h57 par Kilian KUENY

Nantes : Le CHU de Nantes appelle à ne pas surcharger les urgences à la veille d'une grève des médecins généralistes

De nombreux cabinets de médecins doivent rester fermer demain et vendredi, pour dénoncer les difficultés d'accès aux soins.

Le CHU de Nantes, illustration
Le CHU de Nantes, illustration
Crédit: JM / RCA La Radio

Moins d'une semaine après avoir déclencché à nouveau le plan blanc, le CHU de Nantes s'inquiète. 

À la veille d'un mouvement de grève des médecins généralistes, pour dénoncer l'incation de l'état contre les difficultés d'accès aux soins et la lutte contre désertification médicale, l'établissement appelle le public à ne pas se rendre aux urgences si ce n'est pas nécessaire. 

D'autant que les services sont déjà sous tensions depuis de nombreux mois, et particulièrement ces dernières semaines. Entre l'épidémie de grippe saisonnière, la reprise épidémique constatée pour le covid-19 et enfin l'épidémie de bronchiolite particulièrement virulente cette année, les urgences pédiatriques comme celles pour adultes sont déjà surchargées, ce qui entraîne un rallongement des délais de prises en charge, car il n'y a pas assez de lits 'hospitalisation.

"Aujourd’hui, en raison des persistances de ces tensions malgré les mesures prises (renforts en personnel, réaffectation de professionnel, lits dédiés pour les urgences, déprogrammation, etc.), et à l’approche d’une grève des médecins généralistes les 1er et 2 décembre, le CHU de Nantes souhaite rappeler les principes de bon usage des urgences, afin d’éviter une saturation complète de ses services de santé et ses conséquences sur la qualité des prises en charge" écrit le CHU de Nantes dans un communiqué, qui appelle à :

  • Ne vous présentez aux urgences que sur adressage par un médecin ou par le SAMU-Centre 15, sauf urgence avérée. Pour rappel, les urgences adultes comme pédiatriques, sont des lieux clos à risque de contamination virale, susceptibles d’exposer les plus vulnérables, à l’heure où l’épidémie de bronchiolite n’a pas encore atteint son pic, et que le virus de la grippe ainsi que d’autres virus hivernaux se diffusent.
  • N’appelez le SAMU qu’en cas d’urgence vitale et privilégiez la médecine de ville et les associations SOS Médecins,
  • Pour les nourrissons de moins de 3 mois, évitez aux maximum les contacts avec les personnes (magasins, transport en commun, etc.) et appliquez strictement les gestes barrières, en particulier si vous êtes vous-mêmes malades.

"Tous les professionnels de l’établissement sont mobilisés au quotidien pour répondre à la demande de soins des patients du territoire, et sont soumis à de fortes pressions depuis plusieurs mois. Il est important de réaliser, pour chacun et chacune d’entre nous, que la pérennité de notre système hospitalier ne peut passer que par un juste usage de ces services" conclut l'établissement. 

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA