BretagneFaits diversPays-de-la-LoireRégion

12 septembre 2022 à 14h02 par Kilian KUENY

Grippe Aviaire : un nouveau foyer détecté en Ille-et-Vilaine

La préfecture annonce la détection de ce nouveau foyer et des mesures prises pour le contenir.

Un oiseau mort sur une plage, archives
Un oiseau mort sur une plage, archives
Crédit: KK / RCA la Radio

La grippe aiviaire frappe à nouveau en Ille-et-Vilaine. 

Selon la préfecture, dans un communiqué ce lundi, un nouveau foyer a été détecté, du côté de Saint-Onen-la-Chapelle, près de Saint-Méen. 

Le cas a été confirmé vendredi dernier, au sien d'un élevage de canards de barbarie, toujorus selon la préfecture. 

"Pour éviter tout risque de circulation virale et de diffusion du virus à d’autres élevages, des zones réglementées de protection (ZP) et de surveillance (ZS) sont mises en place dans un rayon de 3 et 10 km autour de l’exploitation infectée.

  • Les communes concernées dans le rayon de 3 km sont : Saint-Onen-la-Chapelle, Le Crouais, Saint-Méen-le-Grand en totalité et une partie du territoire de la commune de Montauban-de-Bretagne.
  • Les communes concernées par la zone de 10 km, outre les communes cités précédemment sont : Quédillac, Médréac, Gaël, Muel, Boisgervilly, Bléruais, Saint-Maugan, Saint-Uniac pour l’ensemble de leur territoire et les communes de Montauban-de-Bretagne et Iffendic pour une partie de leur territoire.

Par ailleurs, dans le cadre des mesures de lutte contre la propagation du virus, une opération de dépeuplement de l’ensemble des animaux présente sur l’élevage concerné par le cas d’influenza aviaire hautement pathogène a été menée.

Dans ces périmètres, tous les lieux de détention de volailles et d’oiseaux captifs sont soumis à des prescriptions spécifiques. En particulier, les mouvements de volailles et autres oiseaux captifs sont interdits, sauf dérogations accordées par la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP).

Les services de l’État, notamment la DDPP, sont mobilisés aux côtés de l’éleveur qui sera indemnisé des pertes subies.

D’une manière générale, et afin de limiter la diffusion du virus, qui peut avoir d’importantes conséquences économiques, il est rappelé à l’ensemble des professionnels de la filière volaille et aux particuliers de respecter strictement les mesures de biosécurité, sur l’ensemble du département et de rester extrêmement vigilants.

Dans ce contexte, la surveillance de la mortalité de l’avifaune sauvage doit être renforcée et la découverte d’oiseaux sauvages morts doit faire l’objet d’une déclaration auprès du réseau de surveillance SAGIR au 02 99 41 15 99".

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA