Actualités Faits divers 

12 février 2016 à 5h57 par Anthony MARSAIS

Un an de prison ferme pour le cambrioleur de 20 ans qui avait sévi à Saint-Herblain, La Montagne et Vertou

6 cambriolages en 48 heures, et en présence des occupants, qui dit mieux ?

RCA
Crédit: -

Un jeune nantais de 20 ans a été condamné jeudi en comparution immédiate pour la quatorzième fois, pour avoir cambriolé avec deux mineurs six maisons en l'espace de quarante-huit heures à Saint-Herblain, Vertou et La Montagne... en présence de leurs occupants.

 

Le tribunal correctionnel de Nantes a ainsi prononcé six mois de prison fermes - avec maintien en détention - à l'encontre de D.L.C., qui avait déjà été incarcéré à deux reprises par le passé. Les juges ont également révoqué six autres mois de prison, qui avaient été initialement prononcés avec sursis en août 2014 à La Roche-sur-Yon.

 

Le 7 février, lui et ses deux complices avaient commencé par voler à Saint-Herblain une Fiat Punto, puis une tablette tactile et un téléphone dans une autre habitation. Le trio s'était introduit le lendemain dans une maison à La Montagne, l'un d'eux ayant "un compte à régler" avec le fils de leur victime, pour une histoire de vêtement pas rendu... Ils en étaient alors repartis avec un sac Lacoste, des vêtements et une nouvelle tablette tactile.

 

Les cambrioleurs avaient alors pénétré dans une autre maison, profitant de la véranda entrouverte pour dérober un téléphone portable. Ils avaient également subtilisé une Peugeot 407, qui leur avait permis de gagner ensuite Vertou, où ils avaient volé un téléviseur et un ordinateur.

 

Après avoir enfin incendié la Fiat Punto sur le parking du Mc Donald's de Bouguenais, les trois hommes avaient finalement été interpellés le lendemain, dans la Peugeot 407, par des policiers. Le prévenu, qui avait été retrouvé en possession du téléphone portable volé à La Montagne, a ainsi reconnu intégralement les faits qui lui sont reprochés.

 

"On a voulu faire des bêtises, on les a faites", a simplement déclaré ce jeune nantais à l'audience. "Je ne sais pas pourquoi j'ai fait ça... Je suis con, c'est tout."

 

"Peine de prison avec sursis, mise à l'épreuve... Monsieur a mis en échec toutes les solutions qu'on lui a proposées", s'était exaspéré à l'audience le procureur de la République, qui avait requis huit mois de prison fermes avec maintien en détention, en plus de la révocation du sursis. "Il a également été renvoyé de la formation qu'il suivait, en raison de ses trop nombreuses absences injustifiées."

 

Une audience sur intérêts civils aura lieu le 1er juillet pour déterminer le montant définitif des dommages et intérêts que le prévenu et ses complices devront verser à leurs victimes./GF (PressPepper)

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA