Actualités Pays-de-la-Loire 

29 mars 2017 à 15h26 par Hélène Hamon

Le choix de Manuel Valls suscite bien des réactions en Loire-Atlantique

La journée a été difficile chez les élus socialistes. Manuel Valls a indiqué ce mercredi qu'il ne soutenait pas le candidat de son parti, Benoît Hamon, mais le leader du mouvement En Marche : Emmanuel Macron. Johanna Rolland, mais aussi David Samzun et Philippe Grosvalet n'ont pas tardé à réagir.

RCA
Crédit: -

On est peut-être au bord de l'implosion au Parti Socialiste. En tout cas, la décision de Manuel Valls de soutenir Emmanuel Macron ce mercredi a engendré un flot de commentaires. De l'indignation même, chez certains élus de la région.

 

La réaction de Johanna Rolland, la maire de Nantes, était évidemment attendue. Elle s'est exprimée sur son site internet ce mercredi. "Je suis en désaccord avec la position de Manuel Valls. Pour moi le respect de la parole donnée cela compte", écrit-elle.

 

"Les Français attendent des réponses et non des fractures"

 

Celle qui soutenait Manuel Valls au premier tour de la primaire à gauche fait désormais campagne pour Benoît Hamon : "Je soutiens la candidature de Benoît Hamon. Pour autant je regrette profondément la division de la gauche pour cette élection. Une division stérile qui n’offre ni perspective d’espoir, ni le chemin de la confiance face au projet de régression ultralibérale de François Fillon ou au danger du Front National", poursuit la maire de Nantes.

 

"Les Français attendent des réponses et non des fractures. Avec ma sensibilité propre, je soutiens donc sans ambiguïté la candidature de Benoit Hamon au premier tour de cette élection. Demain, il faudra lancer des passerelles avec les différentes forces de la gauche et des progressistes. J’ai la volonté d’y prendre toute ma part", conclut-elle.

 

"Pas digne de celui qui prétendait vouloir gouverner la France"

 

David Samzun, le maire de Saint-Nazaire, reste plutôt discret. Ce mercredi, il a indiqué, tout comme Manuel Valls, qu'il ne souhaitait pas d'un second tour entre François Fillon et Marine Le Pen. Mais pour l'instant, il se garde bien de dire pour qui il va voter.

 

Quant à Philippe Grosvalet, le président du département de Loire-Atlantique, il a exprimé sa colère sur les réseaux sociaux. "Manuel Valls abandonne le navire dans la tempête. Pas digne de celui qui prétendait vouloir gouverner la France. Ce sera son propre naufrage", écrit sur Twitter Philippe Grosvalet. Drôle d'ambiance à gauche.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA