Actualités Pays-de-la-Loire 

12 janvier 2017 à 9h45 par Valentin Esteve

L'épidémie de grippe est virulente cette année, et touche la France entière.

RCA
Crédit: -

Bien que cette épidémie touche la France entière, il est à noter que l'épisode a commencé un peu plus tard dans la région. Malgré sa violence, "on ne constate par pour autant de hausse de la mortalité à Nantes" explique le Professeur des urgences du CHU nantais Gilles Potel. 


 


Au CHU de Nantes, le plan "Hôpital sous tension" a été déclenché début janvier. Cependant, les équipes du Centre Hospitalier avaient anticipé la recrudescence des pathologies hivernales, comme chaque année, en ouvrant des lits supplémentaires dans tous les services. Désormais, tous les lits sont ouverts, il n'y a plus moyen d'en ajouter.


 


Les urgences sont considérées en surcharge. "Il y a parfois entre 80 et 100 patients en simultané aux urgence, dont une partie heureusement est déjà pris en charge" explique le Pr. Gille Potel.


 


Pour la suite, aucune prévision n'est faite, mais les équipes craignent une augmentation du nombre de cas, ce qui aurait pour conséquence la déprogrammations dans les jours qui viennent, d'opérations prévues de longue date, et ce, afin de libérer des lits.


 


SAMU, SOS MÉDECIN OU MÉDECIN TRAITANT EN PRIORITÉ


Le professeur Gilles Potel veut en outre rappeler qu'il est preferable en cas de symptômes grippaux, de consulter dans un premier temps son médecin traitant. Il est aussi conseillé d'appeler le SAMU au 15, ou bien de voir avec SOS Médecin.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA