Actualités Faits divers 

17 décembre 2015 à 6h51 par Anthony MARSAIS

Il avait acheté les faux billets à Paris et comptait les écouler à Nantes « pour flamber et se la péter devant les filles »...

RCA
Crédit: -

Le jeune de Maisons-Laffite qui avait été contrôlé en possession de quatorze faux billets de 100 €, samedi soir à Orvault, a été condamné mercredi en comparution immédiate à six mois de prison ferme, avec maintien en détention, par le tribunal correctionnel de Nantes.

 

A.C., un chômeur de 28 ans, avait attiré l'attention ce soir-là d'un véhicule banalisé de la Brigade anti-criminalité (BAC), car il cherchait en effet à "s'écraser" dans le fauteuil de sa Renault Laguna mal garée... A l'approche des policiers, il avait alors "paniqué", et donné dans la précipitation un mystérieux objet à son passager.

 

Selon des spécialistes, leurs faux billets se sont avérés être issus d'une série de 750.000 autres, qui auraient été "très largement mis en circulation" en France depuis dix ans.

 

Le prévenu a ainsi affirmé devant les policiers en avoir acheté dix-sept pour 300 € à Paris, et être venu à Nantes "pour les écouler". "C'était juste pour flamber et se la péter devant les filles", a-t-il minimisé à l'audience. "Nous, on était juste venus à Nantes pour aller en boîte... On voulait rien faire de mal."

 

Problème : A.C. a déjà condamné vingt fois (vols, extorsions, outrages...). Il était ainsi considéré en récidive pour avoir déjà été condamné en décembre 2013 par le tribunal correctionnel de Versailles pour "association de malfaiteurs" et "vols aggravés", des faits aussi passibles de dix ans d'emprisonnement.

 

Une peine identique à celle prononcée par le tribunal avait ainsi été requise à son encontre par le parquet. L'avocat du prévenu, Me Franck Boëzec, avait lui demandé aux juges de ne pas prononcer de mandat de dépôt. "Mon client a 28 ans... A un moment, un délinquant arrête de délinquer", avait-il plaidé, insistant sur les "efforts" faits par ce dernier.

 

Son passager, qui avait été remis en liberté après son audition, a pour sa part reçu une convocation ultérieure devant le même tribunal correctionnel de Nantes./GF (PressPepper)

 

 

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA