Actualités Faits divers 

3 septembre 2015 à 4h38 par Anthony MARSAIS

Un Algérien et une retraitée nantaise ont été condamnés mercredi soir à Nantes. Le premier parce qu'il avait contracté le mariage, la seconde parce qu'elle était complice... La jeune mariée, elle, avait touché 2 000 euros.

RCA
Crédit: -

Un Algérien de 27 ans a été condamné mercredi soir, peu après 22h, à quatre mois de prison avec sursis, pour avoir contracté un "mariage blanc" avec une Française sujette à des difficultés psychologiques, en mars 2014 à Nantes.

 

Le jeune homme - qui était arrivé en France fin 2012 " pour faire des concerts" mais qui n'en était finalement jamais reparti - avait pu obtenir six mois plus tard un titre de séjour. Son "épouse" de 21 ans a pour sa part écopé de 2.000 € d'amende avec sursis par le tribunal correctionnel de Nantes.

 

Cette somme - que la jeune femme de 21 ans n'aura donc à payer que si elle venait à récidiver - correspond en fait à celle qu'elle avait reçue en contrepartie de son assentiment. "Je savais que c'était illégal, j'ai fait ça pour l'argent", a-t-elle d'ailleurs reconnu devant les juges, au cours d'un procès long de quatre heures.

 

Cette jeune femme, sans emploi ni formation, a confirmé au passage qu'elle n'était pas allée choisir la bague de mariage qui avait été présentée à l'officier d'état-civil de la mairie de Nantes, ce qui expliquait pourquoi elle était "trop grande" pour son doigt au moment de la cérémonie... Elle a aussi dit au tribunal avoir eu des relations sexuelles avec son « mari », tout en précisant qu'il n'y avait "pas d'amour" entre eux.

 

DES "COMPLICES" CONDAMNES

 

La jeune femme - au "style gothique" et aux "préoccupations mortifères" selon l'expert qui l'a examinée - est encore aujourd'hui suivie au centre médico-psychologique (CMP) de Saint-Géréon. Son mariage de complaisance avait été dénoncé au procureur de la République par l'oncle qui l'héberge à Mauves-sur-Loire, ce dernier craignant qu'on "abuse de sa faiblesse et de sa vulnérabilité".

 

Le tribunal correctionnel a ainsi condamné à quatre mois de prison avec sursis une retraitée de 65 ans, pour sa "complicité" dans cette affaire : cette Nantaise avait notamment hébergé l'Algérien, et incité son épouse à apporter des affaires personnelles "au cas où il y aurait une enquête". La jeune femme ne passait toutefois que "deux ou trois fois par semaine" dans l'appartement, et avait cessé cette "vie commune" au bout de quelques semaines.

 

Son ex-compagnon, âgé de 77 ans, a pour sa part été condamné à deux mois de prison avec sursis pour avoir rédigé une attestation de complaisance./GF (PressPepper)

 

© 2014 PressPepper SARL - Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de la SARL PressPepper. Tout contrevenant s'expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle : jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 150 000 euros d'amende.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA