Actualités Région 

7 avril 2015 à 22h00 par La rédaction

<p>3 millions de Français sont concernés.</p>

RCA
Crédit: -

Les fuites urinaires rythmentvotre quotidien, des solutions existent

Pour la première fois, le CHU de Nantes, laclinique Jules-Verne, les Nouvelles Cliniques Nantaises ainsi que la cliniqueSaint-Augustin s'associent pour les Inconti'Nantes afin d'informer le publicsur l'incontinence urinaire.

Lever letabou est aujourd'hui une priorité car face à chaque diagnostic une solutionexiste !

Venez en discuter le mercredi 8 avril 2015, de17h à 19h au CCO Tour Bretagne, place de Bretagne à Nantes, les spécialistesrépondront à vos questions. Entrée libre et gratuite.

L'incontinence urinaire est définiecomme toute perte involontaire d'urine. Vécue comme un véritable handicap, elleplonge les personnes qui en souffrent dans un véritable désarroi en altérantconsidérablement leur qualité de vie. 

Une pathologie fréquente

Avec plus de 3 millions de français concernés, l'incontinence urinaire constitue un véritableenjeu de santé publique. Même si sa prévalence augmente avec l'âge,l'incontinence urinaire netouche pas que les personnes âgées. Elle concerne en cas d'hyperactivitévésicale autant les hommes que les femmes. 

Incontinence ou IncontinenceS ?

Il n'existe pas une forme unique d'incontinence urinaire, 3 types peuvent être distingués:

l'incontinence urinaire d'effort : caractérisée par une fuite involontaired'urine qui survient à l'occasion d'un effort physique tel que la toux,l'éternuement ou encore le fait de soulever une charge. Cette formed'incontinence est liée à un relâchement des muscles du périnée ou encore à unsphincter faible;

l'incontinence urinaire par urgenturie : due à unehyperactivité de la vessie, elle entraîne un besoin soudain et incontrôlable d'uriner;

l'incontinence mixte qui associe l'incontinence urinaire d'effortet l'incontinence par urgenturie.


Une pathologie invalidante

Plus de 65% des hommes et 67% des femmes souffrant d'une hyperactivitévésicale estiment que leur pathologie à un impact négatif significatif sur leurqualité de vie. Au-delà du retentissement physique, l'incontinence urinaire non prise en charge a desconséquences psychologiques non négligeables et affecte la vie relationnelledes patients dans toutes ses dimensions à savoir sociale, affective ouprofessionnelle. Elle peut rapidement aboutir à l'isolement des patients.

Une pathologie coûteuse

Au-delà des coûts pour la santé publique, l'incontinence urinaire pèse non seulementphysiquement et moralement sur les patients mais aussi financièrement. Selon letype d'incontinence, les patients dépensent en moyenne entre 30 et 150 eurospar mois pour acheter des protections. De plus, leur handicap conduit parfois àune sortie de la vie active.

Une pathologie taboue

Face à leur pathologie, les patients se sentent souvent seuls, leurpudeur mise à mal, habités par un sentiment de honte, ils n'osent pas enparler. Les études rapportent que plus de la moitié des patients probablementatteints d'incontinence urinaire, ne discutent pas de leurs symptômes que ce soit avecdes professionnels de santé ou leur entourage.

�? chacun sa solution

Aujourd'hui, de nombreuses solutions existent. Même si le parcours estparfois long, chaque patient peut disposer d'une thérapie adaptée à sapathologie. L'incontinence urinaire n'est pas une fatalité, si vous êtes concernésn'hésitez plus à en parler à votre médecin.

Retrouvez toute l'actu de la région et recevez les alertes infos de la rédaction
en téléchargeant l'application mobile RCA